Aménagement de Oued El Harrach, un rêve devenu réalité | El Watan
toggle menu
lundi, 09 décembre, 2019
  • thumbnail of 20191209



  • Massage Tunisie

La métamorphose d’un cours d’eau hautement pollué

Aménagement de Oued El Harrach, un rêve devenu réalité

23 août 2018 à 1 h 19 min

Oued El Harrach connaît une métamorphose extraordinaire. De symbole de pollution dans sa version la plus insupportable, il est en passe de devenir, grâce à de gigantesques travaux d’aménagement, un haut lieu de détente et de villégiature. Le projet qui s’étend sur un linéaire de 18,2 km, dans la wilaya d’Alger, sera totalement réceptionné en avril 2019

Qui aurait pensé qu’un jour Oued El Harrach, un cours d’eau connu pour être hautement pollué, deviendrait un lieu attractif et de villégiature, qui plus est navigable sur une distance de 6 kilomètres. Le projet qualifié de «pharaonique» au départ, est en phase finale d’achèvement.

Les berges qui s’étendent sur 18 kilomètres arborent un nouveau visage qui coupe littéralement avec l’image du passé, celle des bidonvilles et de la pollution. Au commencement du projet, la mission semblait impossible, mais le défi a été relevé et le challenge tenu. La wilaya d’Alger s’est chargé de réaliser les aménagements dans le cadre du programme de réaménagement et de la modernisation de la capitale.

Actuellement, les travaux avancent à grands pas, «le taux d’avancement des travaux a atteint 80%, nous sommes en phase finale», confie Ayati Abdelkrim, directeur des ressources en eau par intérim. Tous les grands problèmes qui conféraient aux travaux un caractère ardu et difficile tels que l’existence de sites de bidonvilles ou encore ceux liés à l’expropriation ont été aplanis. Les grandes opérations d’assainissement, de curage et de nettoiement de tous les déchets sont maintenant dépassés.

La mauvaise réputation de Oued El Harrach est en train de s’inverser, pour laisser place à une tout autre appréciation, celle d’un cours d’eau propre offrant des possibilités pour promouvoir le tourisme de masse. «Nous sommes en phase finale. Les travaux dans leurs volets ayant trait soit aux aménagements hydrauliques ou paysagers ont atteint la phase terminale. Tout le projet qui s’étend sur un linéaire de 18,2 km, dans la wilaya d’Alger, sera totalement réceptionné en avril 2019», indique-t-il.

Dans le sillage de ces travaux d’assainissement et d’aménagement de Oued El Harrach, des espaces ont été dégagés et aménagés de manière écologique, à l’image des embouchures de Bentalha et de la Prise d’eau (7 hectares) afin de permettre à la population d’avoir des espaces pour se promener et faire du sport au milieu de la verdure. L’espace de loisirs de Bentalha s’étendant sur une longueur de 2 km est maintenant ouvert au grand public.

C’est un endroit féerique, où la végétation soignée offre des possibilités de détente et de promenade aux visiteurs, dont la majorité sont des riverains. «Dès la mise en exploitation de cet espace par les pouvoirs publics, nous l’avons immédiatement adopté. Les habitants de Bentalha et d’ailleurs commencent à prendre des habitudes en fréquentant régulièrement cette berge qui leur offre un cadre idéal pour la pratique d’activités de plein air», dira un habitué du lieu.

Outre l’aire de loisirs de Bentalha, un autre espace similaire a été aménagé à la Prise d’eau dans la commune de Bourouba. Remarquablement agencé, le lieu est un joyau écologique qui permet, grâce à ses pistes cyclables, des promenades en immersion totale dans un microcosme qui coupe avec la ville est son vacarme.

Les habitants de la cité «La Montagne» qui surplombe la Prise d’eau en ont fait un espace de détente familial. Les visiteurs affluent en nombre qui pour faire du sport, qui pour se promener. Dans les moments de grande affluence, les week-ends en particulier, les pistes cyclables ne désemplissent pas et les niches de repos sont occupées par les familles qui organisent des pique-niques.

Lutter contre les crues centenaires

D’après M. Ayati, «en tout, les travaux ont permis la réalisation de 6 terrains de football, 3 de handball, 3 de basket-ball ainsi que trois piscines au niveau de l’embouchure de l’oued», affirme-t-il. Outre ces équipements, 12 passerelles ont étés réalisées afin d’établir la jonction entre les deux rives de l’oued.

Un système de contrôle des eaux et d’alerte pour les inondations a également été réalisé. Le responsable a relevé par ailleurs que le souci majeur dans l’aménagement de cet oued était de «prévenir les risques d’inondations et des crues centenaires», expliquant que «les travaux ont permis d’élargir le lit de l’oued pour faire passer 2500 m3 d’eau par seconde.

Des stations de pompage ont été également réalisées. Elles assurent un débit d’eau en amont de l’oued de près de 90 000 m3 par jour». Il a rappelé que l’opération d’aménagement de l’Oued El Harrach a entraîné des actions sociales à travers le relogement de plus de 6000 familles des bidonvilles construits sur les berges de l’oued, à l’image de celui d’El Ramli, réputé pour être le plus grand bidonville de la wilaya d’Alger.

«Cette opération de grande envergure a permis la récupération de terrains qui ont été transformés en espaces et parcs écologiques». Avec l’aménagement de l’Oued El Harrach, un nouveau centre névralgique a été créé pour lutter contre les déversements anarchiques qui s’effectuaient par le passé et qui ont été éliminés. «D’ici quelque temps, on atteindra zéro déversement dans l’oued. Actuellement, toutes les manufactures et ateliers qui déversaient leurs eaux usées dans l’oued leur font subir des traitements», explique-t-il.

Oued El Harrach navigable sur 6 km

La nouveauté, c’est que Oued El Harrach, grâce aux travaux de recalibrage et de dragage, deviendra navigable pour les petites embarcations sans moteur, et ce, sur une distance de 6 km. Les barques pourront effectuer la traversée à partir de l’embouchure de l’oued au niveau de la promenade des Sablettes pour atteindre les berges de la Prise d’eau.

Afin de réaliser cette exploit, il faut en premier lieu procéder à une vaste opération de dragage qui va favoriser l’écoulement d’une eau de bonne qualité et l’entrée de l’eau de mer sur le tronçon navigable, facilitant ainsi une circulation normale de l’eau de mer avec l’eau de l’oued et l’enlèvement de tous les sédiments. Le dragage sera effectué à la fin des travaux d’aménagement hydraulique et va permettre le nettoyage de 2 600 000 m3 de produits de dragage.

Ce sont, d’après les spécialistes, ces produits qui provoquent les mauvaises odeurs de l’oued. La vaste opération de dragage permettra d’éliminer définitivement les odeurs qui émanent de l’oued. D’ores et déjà, des substances qui permettent l’élimination des odeurs, ou du moins atténuer leur intensité sont déversées dans les eaux de l’oued.

Les travaux d’assainissement

De nombreuses actions ont été entreprises visant l’assainissement de l’oued qui était par le passé le «réceptacle» de toutes sortes de déchets, y compris les déchets solides et les rejets industriels qui se faisaient sans aucun contrôle par les usines qui se trouvaient sur les berges de l’oued, notamment dans les communes d’El harrach, Bourouba et Baraki. Une première opération, appelée l’«Opération jasmin», a été menée avec succès.

Elle consiste en l’introduction d’un gel désodorisant pour atténuer l’odeur nauséabonde au niveau de l’embouchure. Un travail de fond a été entamé parallèlement par la prise en charge de tous les rejets domestiques par une station d’épuration à Baraki pour améliorer sensiblement la qualité de l’eau.

La wilaya d’Alger a aussi «pris en charge» la problématique des rejets industriels, tout en sensibilisant les entreprises afin qu’elles se munissent de stations d’épuration et traiter leurs rejets industriels avant de les jeter dans l’oued. «Certaines unités industrielles ont reçu des mises en demeure afin qu’elles se conforment à la réglementation en vigueur et prendre en charge les rejets liquides en les pré-traitant avant leur envoi soit sur le réseau public ou au niveau de l’oued», a souligné M. Taïb.

Une partie des berges sera réservée aux investisseurs

Avant l’achèvement des travaux d’assainissement et d’aménagement, Oued El Harrach suscite d’ores et déjà un intérêt particulier de plusieurs investisseurs et opérateurs économiques. Ce cours d’eau, jadis hautement pollué, deviendra d’après les spécialistes un pôle d’attraction et de loisirs et surtout un pôle économique.

Cependant, les concepteurs du projet invitent tout investisseur à respecter la nature écologique de ces espaces, de l’oued et de ses berges. Oued El Harrach s’étend sur une longueur totale de 67 km, dont une partie dans la wilaya d’Alger (18,2 km). Le reste de son parcours s’étend sur les wilayas de Blida et de Médéa.

Des études sont en cours de réalisation par le ministère des Ressources en eau pour l’aménagement d’un petit tronçon au niveau de la wilaya de Blida. Les travaux d’assainissement et d’aménagement avaient débuté le 3 juin 2012 et ont été confiés au groupement d’entreprises Cosider-Daewoo pour un coût de 38 milliards de dinars.

Les espaces de détente et de loisirs qui ont été dégagés et aménagés en aires écologiques à Bentalha et à la Prise d’eau ont permis à la population de ces localités et des communes avoisinantes de profiter pleinement des promenades et faire du sport au milieu de la verdure ; des ponts et des passerelles ont été érigés tout au long de l’oued pour permettre aux gens de s’adonner à leurs activités de plaisance et de loisir en toute sécurité.

Outre sa dimension environnementale et sa capacité de contenir la problématique des inondations, le projet de Oued El Harrach a permis l’aménagement de près de 140 hectares dont une partie sera réservée aux opérateurs économiques pour la réalisation de projets touristiques, hôteliers et de loisirs.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!