Allègement des peines infligées à Abdelkader Zoukh | El Watan
toggle menu
vendredi, 01 juillet, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Jugé en appel pour trois affaires de dilapidation de deniers publics

Allègement des peines infligées à Abdelkader Zoukh

30 décembre 2021 à 12 h 34 min

Les trois peines, allant de 4 à 5 ans de réclusion criminelle, retenues contre l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, ont été allégées, pour être portées à des condamnations d’un an ferme, de 3 ans, dont 2 ans avec sursis, et 3 ans ferme. Les décisions ont été prononcées hier par la cour de Tipasa, dans le cadre de trois affaires liées aux biens immobiliers et fonciers accordés à l’ex-patron de la police, Abdelghani Hamel, et aux deux hommes d’affaires, Ali Haddad et Mahieddine Tahkout, pour lesquelles le procureur général avait requis une peine de 12 ans de prison ferme.

La cour d’appel de Tipasa a allégé hier les peines retenues contre l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, dans le cadre de trois affaires d’«abus de fonction», de «dilapidation de deniers publics» et d’«octroi d’indus avantages», examinées le 25 décembre dernier, et pour lesquelles le procureur général avait requis une peine de 12 ans de prison ferme.

Ainsi, la cour a revu à la baisse la peine de 4 ans de prison ferme qui lui a été infligée pour avoir octroyé des biens immobiliers et fonciers aux enfants et à l’épouse de l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale Abdelghani Hamel, en le condamnant à un an de prison ferme, assortie de l’annulation de l’acte de concession foncière industrielle de 7200 m2 accordée à Chahinez Hamel pour la construction d’une tour, à Bab Ezzouar.

Abdelkader Zoukh a, par ailleurs, bénéficié d’un allégement des deux autres peines de 4 et 5 ans de prison, prononcées contre lui pour avoir attribué des biens fonciers respectivement au patron de l’ETRHB, Ali Haddad, et à l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout.

Ainsi, la condamnation de 4 ans, dont il a écopé pour avoir accordé à Ali Haddad des concessions industrielles, a été portée à 3 ans ferme, et celle de 5 ans, qui lui a été infligée pour avoir attribué à Mahieddine Tahkout des concessions industrielles, a été maintenue, mais avec deux années de sursis.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!