toggle menu
vendredi, 20 juillet, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018
  • Alliance Assurances

Alerte chez les éleveurs de bétail

11 juillet 2018 à 3 h 48 min

Depuis une semaine, les wilayas du sud du pays font face à une température caniculaire qui dépasse, dans de nombreuses régions, les 60°C et dans certains endroits comme à In Salah, au nord de Tamanrasset, les 70°C, apprend-on de sources bien informées.

Un BMS (bulletin spécial météo) de l’Office national de la météorologie faisait état hier d’une «hausse» de la température «persistante» au Sahara central et le Sud Oasis ainsi que sur la wilaya de Tindouf, avec des pics qui «atteindront ou dépasseront» localement «les 48 degrés sur le sud de Ouargla, de Ghardaïa, de Tindouf, Adrar et le nord de Tamanrasset».

Pour nos sources, ces valeurs «ont largement dépassé les 70°C» à In Salah et à Illizi, où la canicule a causé des pertes importantes de bétail. «A In Salah, en quelques jours, de centaines de chèvres hybrides locales, appelées Sidwane, vulnérables aux très fortes chaleurs, ont été décimées.

C’est une perte énorme pour les éleveurs de la région, alors qu’à Illizi, ce sont des centaines de bêtes du cheptel qui sont mortes sous l’effet de la chaleur…», témoigne un spécialiste de l’agriculture, qui précise qu’«à ce jour, l’état des lieux n’a pas encore été fait pour avoir une idée de l’ampleur des dégâts, surtout que la canicule continuera jusqu’à demain (aujourd’hui, ndlr), selon les services de la météo».

Si au Sud, c’est le cheptel qui a été touché, au Nord la hausse des températures a engendré l’évaporation de grandes quantités des eaux des barrages.

Ces derniers, faut-il le préciser, ont connu un niveau appréciable en raison de la pluviométrie exceptionnelle de cette année. «Cet apport d’eau a permis de booster le couvert végétal, notamment la broussaille, qui a été malheureusement asséchée par les fortes chaleurs et est devenue rapidement inflammable.

Ce qui constitue une menace latente d’incendie. Toutes les autorités sont actuellement en état d’alerte en raison de ces menaces», expliquent nos sources.

Hier, le ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazgui, réagissant à propos des fortes chaleurs qui frappent le sud du pays, a appelé les éleveurs à «contracter» des polices d’assurance pour leur cheptel, alors que déjà on évoque la catastrophe naturelle et, de ce fait, la nécessité pour le gouvernement d’aider les victimes à faire face à ce sinistre…

Lire aussi

loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!