Affaire de l’ex-DGSN et de son fils : Reprise du procès Hamel à Boumerdès | El Watan
toggle menu
mardi, 22 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Affaire de l’ex-DGSN et de son fils : Reprise du procès Hamel à Boumerdès

03 juin 2020 à 10 h 07 min

Contrairement à ce qui s’est passé dernièrement au tribunal de Blida avec l’ajournement d’un  procès de l’ex-dgsn Hamel concernant diverses affaires, celui du détournement du foncier agricole de Tipasa au bénéfice de l’AMC Pharm appartenant au principal accusé, le fils de l’ex-patron de la police, et dans laquelle est également impliqué son père, a bien eu lieu hier au tribunal de Boumerdès.

La demande des avocats d’un jugement en présentiel et non en visioconférence a, cette fois-ci, été acceptée. Un imposant service de sécurité police/gendarmerie a bouclé les artères menant au tribunal, où des fourgons et des voitures avaient pris place.

Dans cette affaire sont cités à comparaître plusieurs personnalités du régime Bouteflika et des ex-hauts responsables de la wilaya de Tipasa, à savoir trois ex-walis, l’ex-chef de sûreté, l’ex-directeur général des Domaines, M. Kheznadji, et des fonctionnaires de l’administration locale et d’autres de ministère, dont un directeur général au ministère des Finances.

Des témoins de haut rang sont aussi attendus à la barre, à l’instar de l’ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal et le dernier ministre de l’Intérieur du clan Bouteflika, Noureddine Bedoui, qui risquent à leur tour d’être poursuivis pour avoir intercédé injustement à l’encontre d’une décision de justice qui prévoyait une annulation de la concession pour non-payement des redevances d’exploitation dudit terrain agricole.

Officiellement, les chefs d’accusation retenus contre les principaux mis en cause sont : «obtention illégale de fonciers agricoles», «abus de pouvoir» et «activités illégales».

Le procès concerne une affaire d’accaparement illégal d’un terrain agricole de 14 000 m2 au lieu-dit Megtâa Kheira, dans la wilaya de Tipasa, pour y édifier une unité de fabrication de médicaments pour l’entreprise AMC Pharm.

C’est grâce à l’influence exercée par son père, patron de la police à l’époque, que Chafik Abdelghani a pu faire main basse sur un terrain agricole pourtant strictement interdit d’une quelconque jouissance en dehors de sa vocation et dans les termes fixés par la réglementation soumise à un accord interministériel.

Pour rappel, la famille Hamel, à sa tête le père, Abdelghani, est poursuivie dans plusieurs affaires de corruption.

L’ex-patron de la police et ses enfants ont déjà écopé de plusieurs peines d’emprisonnement, dont l’une de 20 ans de réclusion criminelle et une autre de 15 ans ainsi que le paiement de lourdes amendes uniquement contre le père, alors que quatre de ses enfants ont été condamnés à des peines de prison allant de 2 à 8 ans, tous pour de sombres affaires de corruption, de blanchiment d’argent et de trafic d’influence.               



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!