Accusés d’apologie du terrorisme sur Facebook : Trois acquittements et une condamnation à 20 ans de prison à Guelma | El Watan
toggle menu
dimanche, 17 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191117


Accusés d’apologie du terrorisme sur Facebook : Trois acquittements et une condamnation à 20 ans de prison à Guelma

16 novembre 2018 à 10 h 00 min

Le procès en appel de l’affaire El Habib Lalali (en fuite) et trois coaccusés facebookeurs, acquittés à Guelma en première instance en mai dernier par le tribunal criminel, a trouvé son épilogue hier (jeudi 15 octobre).

En effet, le juge de siège a confirmé l’acquittement de trois coaccusés dans un premier rendu de jugement définitif pour ensuite prononcer, par contumace, une peine de 20 ans de prison ferme et une amende de 2 millions de dinars à l’encontre d’El Habib Lalali, personnage-clé dans cette affaire. En effet, il s’agit d’un acteur important dans cette affaire (lire notre article sur El Watan du 25 mai 2018) qui n’est autre qu’un Algérien connu pour avoir quitté son pays en 2015, pour s’engager au coté de l’armée régulière de Bachar El Assad en Syrie.

Tantôt qualifié d’agent secret algérien, tantôt taxé de mercenaire pour ensuite être réduit à terroriste notoire en activité en Syrie par les avocats de la défense, le représentant du ministère public et le juge, El Habib Lalali, né en août 1980 dans la wilaya de Relizane, est une énigme pour la justice.

Cette affaire, elle remonte, selon la lecture de l’arrêt de renvoi, au 6 nombre 2016, sur enquête de la Gendarmerie nationale de Guelma, suite à la publication sur le compte facebook d’un des coaccusés d’une photo mettant en scène le meurtre d’un policier à Constantine avec apologie au terrorisme.

Un compte Facebook a été piraté à partir de Guelma, comme le prouvent les documents fournis par la défense, alors que sa propriétaire est de Bordj Menaiel dont l’ex-fiancé est de Guelma. Ceci expliquant cela, une histoire de basse vengeance entre membres d’un couple séparé. Les plaidoyers des deux avocats représentant les trois coaccusés (à l’exception de Lalali El Habib, en fuite) ont prouvé l’innocence de leurs clients.

Une innocence argumentée, notamment, par des comptes Facebook dédiés au terrorisme et à l’extrémisme religieux. «Cette affaire n’aurait jamais dû arriver en chambre d’accusation et encore moins ici ! Ceux qui défendent l’Algérie se sont retrouvés en prison une année durant ! C’est inconcevable», argumentent les avocats de la défense.

Notons enfin que le représentant du ministère public a, lors de l’audience, requis 20 années de prison à l’encontre des quatre accusés dont le lien au final est d’être plus que des amis sur Facebook : ils se sont rencontrés dans la vie réelle au moins une fois. «Facebook est une arme à double tranchant, il faudra faire attention à l’avenir», a conclu le juge à l’adresse des acquittés.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!