600 Algériens expulsés de Suisse | El Watan
toggle menu
mardi, 11 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan09052021




Ils sont en situation illégale en territoire helvétique

600 Algériens expulsés de Suisse

30 mars 2021 à 10 h 50 min

La Suisse a obtenu l’accord de principe pour le renvoi de son territoire de quelque 600 Algériens en situation illégale. C’est ce que la conseillère fédérale, Karin Keller Sutter, chef du département de la Justice et de la Police, a tenté d’expliquer aux médias de son pays, à la suite de sa visite à Alger, le 24 mars, au cours de laquelle elle s’est entretenue avec les autorités algériennes, restées muettes sur le sujet.

La visite à Alger, le 24 mars, de la conseillère fédérale Karin Keller Sutter, ministre suissesse de la Justice et de la Police, avait pour principal objectif d’arracher un accord pour le renvoi des 600 Algériens se trouvant en situation illégale sur le territoire helvétique.

Depuis plus d’une année, la Suisse peine à les renvoyer en raison de la fermeture des frontières et de la suspension des vols internationaux à cause de la pandémie de Covid-19. Est-il possible que la ministre de la Justice et de la Police puisse réussir là où son collègue, le conseiller fédéral Ignazio Cassis, chef du département fédéral des Affaires étrangères, a échoué ? Probablement.

En tout cas, c’est ce qui ressort de ses déclarations aux médias suisses, faites dès son retour à Berne. Dans un entretien à RTS (Radio Télévision suisse), elle affirme avoir eu «des entretiens avec les personnes-clés sur place (…), ce qui est important pour ce dossier. Moi-même j’ai été étonnée de constater un chef de département compétent en la matière sur place».

Et de préciser que ses interlocuteurs lui ont déclaré qu’ils étaient «prêts à reprendre» les citoyens algériens «une fois les frontières rouvertes», ajoutant : «Mais nous avons convenu de trouver des solutions. Ce qui est important, c’est de trouver des solutions pratiques malgré ces restrictions. Des réunions techniques doivent se poursuivre entre les deux Etats.»

Sur l’accord de réadmission signé entre l’Algérie et la Suisse en 2007, la ministre affirme qu’«en principe, il (accord) fonctionne», mais reconnaît qu’avant même la pandémie, la Suisse avait du mal à renvoyer en Algérie les demandeurs d’asile déboutés, les personnes arrivées illégalement ou celles qui ont perdu leur autorisation de séjour.

«C’est clair qu’il y avait des restrictions, comme par exemple n’accepter que les vols directs. C’est une piste que l’on peut discuter, d’accepter aussi les vols en transit, de partir de Paris par exemple, une possibilité tout à fait praticable.»

En ce qui concerne les vols spéciaux destinés aux récalcitrants, que les compagnies aériennes refusent de prendre sur leurs vols passagers, ainsi que l’exigence par l’Algérie d’une preuve de la nationalité avant tout renvoi, la ministre ne donne pas de réponse. «Je serais très tentée de tout vous dire, publiquement, mais si j’en parle trop, je mets peut-être le résultat en péril», affirme la ministre.

La ministre suisse avare de détails

Elle reste très avare sur les détails des négociations et surtout sur les points qui pourraient peser sur les échanges entre son pays et l’Algérie, notamment ceux liés au dossier d’anciens cadres du parti dissous, qui vivent sur le territoire helvétique, considérés par la justice algérienne comme des «hors-la-loi», à l’image de Mourad Dhina, visé par un mandat d’arrêt international pour «financement du terrorisme».

Elle se contente de dire : «Je suis confiante. Ce qui a été convenu sur place va aboutir à des résultats qui vont améliorer la situation.» Selon la RTS, les autorités vaudoises «voient déjà dans cette visite un bon signal». Il est important de rappeler que cette visite est la première du genre depuis plusieurs décennies.

La procédure de réadmission des Algériens en situation irrégulière connaissait déjà quelques difficultés, mais la fermeture des frontières à cause de la pandémie a compliqué davantage la situation, étant donné le nombre de personnes en attente de renvoi de plus en plus important.

Les pourparlers à haut niveau ont permis «d’aboutir à des solutions» et devront être suivis par la tenue de réunions techniques pour accélérer la procédure de renvoi.

Il est important d’ajouter que la visite de la conseillère fédérale a permis à la Suisse et à l’Algérie «d’exprimer leur volonté de conclure un mémorandum d’entente pour renforcer leur coopération dans le domaine policier et sécuritaire, et leurs échanges en matière de lutte contre le terrorisme, son financement et le blanchiment d’argent». Il est également attendu un renforcement de l’entraide judiciaire entre les deux pays, dont les autorités des deux pays parlent le moins ?


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!