36e mardi : Marche imposante à Alger | El Watan
toggle menu
jeudi, 05 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan05122019


  • Massage Tunisie


36e mardi : Marche imposante à Alger

29 octobre 2019 à 11 h 57 min

Pour ce 36ème mardi, des dizaines de milliers d’étudiants et de citoyens se sont regroupés ce mardi matin à la place des martyrs avant d’entamer la marche vers le centre d’Alger.

Après que l’hymne national ait été entonné sous les applaudissements et les youyous qui emplissent le périmètre de « Sahate echouhada », la manifestation s’est ébranlée vers les coups de 10:30.

Dès l’entame de la manif, les étudiants scandent leurs slogans habituels hostiles au pouvoir en place et contre sa feuille de route qui se traduit par le maintien du régime.

La rue Abane Ramdane et Beb Azzoune ont vibré sous les slogans : « Dawla madaniya machi 3askariya » (Etat civil et non militaire), « pouvoir assassin « , «  »Libérez la justice, libérez le pays ». « Ba3oha el khawana » (Les traitres ont vendu le pays), mais aussi « pas de vote » et « ulach l’vote » ou encore « Alah o Akbar awal november », un slogan qui renvoie à la célébration du 65e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération d’Algérie.

La communauté estudiantine, soutenue par des milliers de manifestants, brandissant l’emblème national mais aussi l’imposant portrait de Ali la pointe, « héros de la bataille d’Alger », a exigé, tout au long de la marche pacifique le «départ de tous les symboles du régime » et « la libération des détenus d’opinion incarcérés arbitrairement».
Les jeunes manifestants ont, également appelé à la mise en place « d’un Etat civil », « la fin du régime des bandes » et à « la remise du pouvoir au peuple ».
Durant cette manifestation qui a drainé au fil des heures, une marée humaine a brandi des pancartes, pour celui qui veut bien lire : «Le peuple est souverain, appliquez l’article 7 et 8 » et « Le peuple est déterminé à poursuivre le Hirak jusqu’à l’instauration d’un Etat démocratique » ou encore « Nous ne nous arrêterons pas jusqu’à la mise en place de la transition démocratique ! ».
Au boulevard Amirouche jusqu’à la grande poste en passant par la rue Didouche, des manifestants ont scandé « Il n y aura pas de vote, mettez nous des menottes», un slogan qui en dit long sur la détermination à aller jusqu’au bout de la revendication principale : « l’instauration d’un Etat de droit

 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!