29e marche de la communauté universitaire à Béjaïa : «La grève générale jusqu’à la chute du système» | El Watan
toggle menu
mardi, 19 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191119


29e marche de la communauté universitaire à Béjaïa : «La grève générale jusqu’à la chute du système»

11 septembre 2019 à 10 h 11 min

La 29e marche des étudiants et personnels de l’université Abderrahmane Mira, coïncidant avec la célébration de la fête religieuse Achoura, n’a pas drainé, hier, la foule habituelle des étudiants et enseignants de l’université de Béjaïa.

Encore une fois, c’est la société civile qui a appuyé la communauté universitaire par des centaines de marcheurs animant la procession du campus Targua Ouzemmour vers la cour de justice de Béjaïa. Cette journée fériée a plutôt profité aux travailleurs des autres secteurs pour descendre dans la rue. Les marcheurs ont surtout réitéré leur rejet de l’élection présidentielle, alors que l’état-major accélère le pas vers son organisation avec l’adoption, avant-hier, du rapport du panel de dialogue et de médiation dirigé par Karim Younès.

«Tant que la îssaba est toujours à la manœuvre, nous continuerons à sortir dans la rue», dit un manifestant. «Vous pouvez poursuivre les préparatifs pour la présidentielle, mais le jour venu, on verra qui aura le dernier mot», tonne un autre marcheur. «Ulach lvot ulach !» (Pas de vote) ont crié les manifestants, qui ont insisté sur «on ne votera pas pour el îssaba, tetnehaw gaâ».

Arrivés devant la cour de justice, les manifestants ont scandé des slogans hostiles aux institutions de l’Etat fonctionnant sous les instructions de l’état-major de l’armée : «La police, la justice, tout le monde est complice !» Ils ont appelé à «libérer les otages» interpellés pour le port du drapeau amazigh à Alger, répétant : «La liberté pour les militants, la prison pour les voleurs !» ; «Le peuple veut faire tomber Ahmed Gaïd Salah !», auquel ils ont rappelé leur attachement à la «transition démocratique».

Les marcheurs ont dénoncé également l’agression qui a ciblé le militant et défenseur des droits de l’homme Salah Dabbouz, qui a eu lieu avant-hier à Ghardaïa.

Le mot d’ordre d’appel à la grève générale et à la désobéissance civile s’est fait également entendre ce mardi dans le milieu des travailleurs et des étudiants à Béjaïa. Ils ont répété à tue-tête : «La grève générale jusqu’à la chute du système !» ; «Rahou djay, rahou djay, el 3isyane el madani !» (La désobligeance civile est inéluctable).

Sur les réseaux sociaux, l’option de la grève générale chaque mardi, couplée avec la marche des étudiants, est lancée dans le but de maintenir la pression sur le système qui est toujours en place. Dans le même contexte, la coordination du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique-Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie Snapap-CGata) a appelé les travailleurs à participer à une marche, aujourd’hui à 10h, à partir de la maison de la Culture Taos Amrouche. A travers ses revendications, le syndicat épouse parfaitement les aspirations de la population qui sort chaque vendredi pour le changement radical du système. Le Snapap est le deuxième syndicat à sortir du corporatisme pour engager sa base en tant que syndicat sur le terrain dans le cadre du mouvement citoyen, après le Syndicat des architectes de Béjaïa.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!