21e vendredi à Alger : « Dites-leur… ! » (vidéo) | El Watan
toggle menu
vendredi, 20 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan19092019





21e vendredi à Alger : « Dites-leur… ! » (vidéo)

12 juillet 2019 à 17 h 46 min

Comme attendu, Alger a répondu aujourd’hui, 21e vendredi de la révolution pacifique, au dernier discours agressif du chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaid Salah, où il a qualifié de « traîtres » les manifestants qui appellent à l’instauration d’un « Etat civil, non militaire ».

Le slogan « Etat civil, non militaire » a dominé la marche du 21e vendredi à Alger. Il a été scandé par des milliers de manifestants et transcrit sur de très nombreuses pancartes. Le chef d’état-major de l’armée a eu droit à une chanson politique d’une grande lucidité, avec une belle mélodie, et un texte dépourvu de la moindre agressivité. « Dites à El Gaid, nous sortirons chaque vendredi, nous ne nous arrêterons jamais. Dites à El Gaid, il est où l’article 7 (Le pouvoir constituant appartient au peuple… NDLR ). Dites-leur que vous ne pouvez pas nous distraire avec le football. Dites-leur que nous aurons la liberté et advienne que pourra !», ont chanté les manifestants à la rue Pasteur, à Place Audin et à la rue Didouche.

Les manifestants ont scandé les slogans habituels à l’instar de « y’en a marre des généraux », « le peuple ne veut plus du pouvoir des militaires » et « Algérie libre et démocratique».

La foule géante, qui a submergé le centre de la capitale aujourd’hui, n’a pas oublié les dizaines de jeunes porteurs du drapeau amazigh et le moudjahid Lakhdar Bouregaâ, placés sous mandat de dépôt. « Attalgou welad’na ya elhagarine (Vous les injustes, Libérez nos enfant) ! » et « Libérez Bouregâa ! ».

Sur les pancartes, outre l’omniprésent « Etat civil, non militaire », les manifestants ne se sont pas lassés d’adresser des messages aux tenants du pouvoir, espérant, après près de 5 mois de mobilisation, d’obtenir une réponse favorable. « Elle est où la liberté d’expression ? Elle est où l’indépendance de la justice ? », « Libérez les détenus d’opinion », « Gouvernement illégitime, président illégitime. Dégagez ! ».  On peut lire aussi sur les pancartes « contre le mépris, pour l’Algérie, indignons-nous », « Le pouvoir au peuple, Assemblée constituante souveraine » ou encore « les revendications du Hirak sont une ligne rouge ».

Les marcheurs, sortis dès la matinée, ont commencé à se disperser  vers 17h00. La chaleur était intense. Et l’ambiance joyeuse, malgré l’importance des enjeux qui engagent toute l’Algérie.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!