1100 travailleurs en grève à l’usine TMC à Tiaret | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





1100 travailleurs en grève à l’usine TMC à Tiaret

12 juin 2019 à 10 h 15 min

Indescriptible pagaille, hier, à l’intérieur de l’usine TMC (Tahkout Manufactring compagny) située à l’entrée de la zone industrielle Zaaroura de Tiaret. Et pour cause : les 1100 travailleurs, cadres nationaux compris, observaient un mouvement de grève, affirmant craindre pour leur avenir immédiat après la mise sous mandat de dépôt des trois frères Tahkout, ainsi que son fils, dans diverses affaires en cours de traitement au tribunal de Sidi M’hamed à Alger.

Hier, les travailleurs de cinq lignes de montage ont refusé d’effectuer le travail en dépit «des assurances sur la perception de leurs salaires et des centaines de containers en rade au port de Mostaganem qui équivaut à un plan de charge s’étalant jusqu’au mois de septembre», a déclaré le directeur administratif. Les grévistes ont argué «le flou» qui caractérise le management de l’usine et disent craindre à la fois la perte de leur emploi à moyen terme et le non-paiement de leurs salaires. «Aucun dirigeant n’est venu expliquer l’organisation du travail après l’incarcération de Mahieddine Tahkout», ont-ils ainsi soutenu.

Assertion battue en brèche par notre interlocuteur qui précise «avoir reçu des appels de Nasser, l’autre frère de Mahieddine Tahkout, et d’un autre de ses fils en charge des destinées du groupe». Hier, des inspecteurs relevant de l’Inspection du travail auraient été aperçus pour l’établissement d’un procès-verbal de constat. Les quais situés à proximité de l’usine au niveau du port sec ploient sous l’effet des centaines de containers «et des équipes venant de Corée du Sud s’affairaient à achever les travaux de pose d’équipements devant servir à l’entrée en fonction du système CKD», renchérit un cadre à l’usine TMC. Jusqu’à présent, ajoute-t-il, «le cahier des charges est scrupuleusement respecté alors qu’avec le CKD qu’on s’apprêtait à lancer, le taux d’intégration allait atteindre les 40% exigés».

Pour rappel, l’usine Hyundai de Tiaret, destinée  à l’assemblage de véhicules de la marque éponyme, est entrée en fonction le 1er novembre 2016. Une nouvelle ligne de montage dédiée au véhicule utilitaire, I.100, a été lancée dernièrement et des contrats de financement ont été conclus avec trois banques, dont une privée.

Pour enrayer le doute depuis l’avènement du hirak qui commençait à animer les travailleurs, les responsables de TMC Tiaret ont dû faire des concessions, mettre au chômage technique pour un mois les employés et accéder, en mars dernier, au vœu des travailleurs pour une amélioration des conditions de travail. Depuis les déboires de Mahieddine Tahkout avec la justice, la cadence du travail est au ralenti. Ayant atteint une vitesse de croisière de 350 véhicules/jour, on est retombé à 150 ces derniers temps car, à l’horizon, les dernières mesures préconisées par le gouvernement quant à l’instauration des quotas ont produit leurs effets sur la production. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!