toggle menu
lundi, 18 mars, 2019
  • thumbnail of 20190318 (1)

La mort des uns dans la vie des autres

30 janvier 2019 à 11 h 00 min

Il y a dans les enterrements algériens d’officiels d’étranges sentiments qui se bousculent à la porte de la perception, entre fascination et indignation, attraction et répulsion, dans une espèce de zoo inversé où ce seraient les animaux en dehors, nous, qui regarderaient les humains enfermés, dans une cage évidemment dorée avec notre argent.

On se rappelle de l’enterrement de Redha Malek où Ali Haddad et Saïd Bouteflika, amis pour toujours, riaient à gorge déployée devant tout le monde, caméras comprises, comme s’ils étaient dans un spectacle comique. Pour l’enterrement de Mourad Medelci, on a pu voir le même aréopage de gens bien habillés rivaliser de rires et sourires, comme si celui qui affichait une triste mine était quelqu’un qui n’avait rien compris à la logique d’Etat.

La composition de ces gens du spectacle n’est pourtant pas uniforme, divisés en deux groupes distincts : les premiers dans les hautes fonctions de l’Etat, tous payés sur le Trésor public, affichant sereinement leur fonction et leur dentition, mais tous visiblement innocents quant à la situation actuelle du pays. Les seconds, des courtisans venus voir les premiers en affichant la même dentition pour tenter par accrochage de faire partie de cette oligarchie.

Entre embrassades, accolades et molles poignées de main, on a même vu un homme, téléphone à la main, se précipiter ému vers l’un des frères Bouteflika. L’accostant, il réussit à faire un selfie avec le frère tout en lui posant des baisers, puis lui a embrassé la main devant tout le monde. Ce geste féodal et d’allégeance pure n’a surpris personne, du moins parmi ceux qui sont allés à cette fête.

On ne sait pas qui est cet homme, probablement qu’il sera bientôt nommé directeur de quelque chose ou secrétaire d’autre chose, mais dans ces images d’un autre monde, on n’a pas vu la famille du défunt, pourtant la première concernée. Car on n’est pas venu pour elle. Mais pour garder sa place ou en trouver une à l’ombre. A l’ombre des morts qui défilent.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!