Cosmic connection : Dernier épisode - la terre est bleue comme une orange | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190821


  • Pub Alliance Assurance



Cosmic connection : Dernier épisode – la terre est bleue comme une orange

30 juin 2016 à 10 h 00 min

Type spectral. Magnitude. Age 5 milliards d'années. Distance zéro années-lumière.

Un vaisseau détourné, des trous et de la matière noire, des étoiles plein la tête, la beauté vide du cosmos et celle de Nihal, aussi névrosée qu'un pulsar qui tourne sur lui-même à une vitesse folle.
– Anas !
Peut-on sérieusement détourner un vaisseau spatial comme on détourne un budget ou des contrats publics ?
– Anas !
Est-il pensable de congeler des Américains, de piloter un engin cosmique sans permis et de tomber amoureux d'une belle jeune femme originaire de Chlef aux abords d'Aldebaran ?
-Anas ! Noud !
Il a ouvert un œil. Puis la moitié du deuxième.
– Nihal ?
– Il n'y a pas de Nihal ici. Je suis ta mère et je m'appelle Houria. Réveille-toi, c'est l'heure du f'tour.
C'est dans un F3 de type spectral AADL-II qu'Anas s'est réveillé. Pas d'étoile, mais une faible lampe de 75 watts qui l'a accompagné pendant son presque mois de sommeil. Mais que faire d'autre pendant le Ramadhan ? Anas s'est frotté les yeux et a admis la réalité. Pas de Deneb, Zaniah, El Hamel et Kelb erra3i, pas de constellations d'Orion, du Scorpion et du Dragon, d'étoiles doubles et de vents solaires. Pas plus que de vortex, dont le plus fameux, Nihal. Anas s'est levé, est allé se laver le visage et dans le miroir de la salle de bains s'est installé un sentiment de déjà vu.
– Chayfek…
Chorba-spaghetti, l'une des dernières, boureks aux frites, parmi les derniers. Anas s'est assis à la table, qu'il a trouvée plus carrée que d'habitude. Il a jeté un œil par la fenêtre sur le ciel noir parsemé d'étoiles, où une Lune décroissante achevait de finir son cycle.
– Bismillah.
A la première cuillerée de soupe, il a regardé sa mère, son père, ses frères et ses sœurs, ainsi que jeté un lointain coup d'œil à un exemplaire d'El Khabar posé sur le buffet de la cuisine. Welcome home. En Algérie, terre de gris et de Grine, pays des cosmonautes Ouyahia et Saadani qui évoluent sans casque dans une atmosphère très pauvre en oxygène.
Saha Aïdkoum.                                Fin
 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!