Réunion demain du Conseil des gouverneurs de l’AIEA | El Watan
toggle menu
lundi, 09 décembre, 2019
  • thumbnail of 20191209


  • Massage Tunisie


Réunion demain du Conseil des gouverneurs de l’AIEA

16 novembre 2011 à 1 h 00 min

Sans conclure dans son rapport que l’Iran est capable ou sur le point de fabriquer la bombe atomique, l’AIEA a étayé les soupçons des puissances occidentales et d’Israël sur une «dimension militaire» du programme nucléaire de Téhéran, alors que l’Iran proclame son caractère strictement civil. Pour Mark Fitzpatrick, directeur de l’International Institute for Strategic Studies à Londres, l’AIEA a «détruit les prétentions de l’Iran selon lesquelles ses activités nucléaires ont été purement pacifiques».
Le document en question repose sur des informations jugées «globalement crédibles», provenant de l’AIEA et d’une dizaine de pays membres. Il indique aussi que contrairement à ce qui est admis jusque-là, «certaines des activités de militarisation se sont produites après 2003. C’est nouveau et très important», a observé Bruno Tertrais, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) à Paris.

Les Occidentaux, à l’exemple de la France et de l’Allemagne, ont réagi en exigeant de nouvelles sanctions. Cependant, la Russie et la Chine s’y sont opposées, plaidant pour redoubler les efforts au niveau diplomatique. Téhéran a de son côté rejeté le rapport, estimant y avoir déjà répondu dans le passé. «Notre intention est clairement de trouver une réponse acceptable pour l’ensemble des pays du groupe des 5+1», a indiqué un diplomate occidental. Chargé des négociations avec l’Iran sur son programme nucléaire, dans l’impasse depuis des mois, ce groupe rassemble les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, à savoir les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Chine et la Russie, plus l’Allemagne. Après les discussions du président américain, Barack Obama, avec ses homologues russe et chinois ce week-end, «nous voyons une possibilité» d’y parvenir, selon ce même diplomate. «Le Conseil des gouverneurs de l’AIEA ne peut pas rester silencieux sur ce rapport substantiel», a de son côté déclaré l’ambassadeur allemand auprès de l’AIEA, Rüdiger Lüdeking, plaidant pour l’adoption d’une résolution.

Une résolution peut se résumer à une phrase par laquelle le conseil prend acte d’un rapport, ou bien statuer qu’un pays n’a pas rempli ses obligations et demander la saisine du Conseil de sécurité de l’ONU pour d’éventuelles sanctions. Elle peut aussi fixer un délai à un pays pour lui demander de coopérer pleinement jusqu’au prochain conseil des gouverneurs, en mars, solution de compromis sur laquelle parient plusieurs experts.
La dernière résolution de l’AIEA contre l’Iran remonte à novembre 2009, après la révélation d’un nouveau site d’enrichissement d’uranium enfoui dans une montagne à Fordo, près de la ville sainte de Qom (sud), dont Téhéran a dissimulé jusque-là l’existence. Elle a conduit le Conseil de sécurité à infliger à l’Iran de nouvelles sanctions.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!