Farida Boudaoud : «Sarkozy revient à des fondamentaux de la droite dure» | El Watan
toggle menu
samedi, 24 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190824
  • Pub Alliance Assurance





Farida Boudaoud : «Sarkozy revient à des fondamentaux de la droite dure»

22 novembre 2010 à 3 h 00 min

-C’est la fin de la diversité au gouvernement avec le départ de Rama Yade et Fadela Amara, et avant, il y a quelques mois, celui de Rachida Dati. Qu’en pensez-vous ?

Sur ce nouveau gouvernement, je réagirai sur deux points. Le premier, c’est le retour du RPR version dure, avec notamment Alain Juppé, et bien sûr la fin de ce qui avait fait l’originalité de Sarkozy au soir de sa victoire, c’est-à-dire l’ouverture et la diversité. Trois ans après, on assiste à un renoncement. Avec effectivement des gens mis sur la touche, comme Rama Yade ou Fadela Amara. Effectivement, il y a bien une nouvelle qui rentre avec Jeannette Boughrab, mais est-ce la fin de la Halde dont elle venait juste de prendre la tête. Il y a bien un net recul.

-En dehors de l’étiquette droite-gauche, est-ce que vous, en tant que militante socialiste, aviez cru possible cette ouverture en 2007 ? Pensiez-vous que ce serait un chemin qui s’étalerait sur la durée ?

Je n’ai jamais vraiment cru à un personnage comme Sarkozy, mais on se disait que, peut-être, ils avaient compris qu’il fallait un gouvernement à l’image de la société française. Force est de constater qu’on y est pas encore.

-Ce gouvernement, c’est aussi la fin du ministère de l’Identité nationale, alors que l’immigration rejoint le ministère de l’Intérieur. Qu’en pensez-vous ?

Je suis assez contente. On a toujours dénoncé, nous, à gauche, ce ministère. Est-ce que c’est une manœuvre de Nicolas Sarkozy ? Il faut rester vigilant. Ce n’est pas parce qu’un intitulé disparaît qu’un certain nombre de droits ne seront pas limités.
Il se trouve que le nouveau ministre de la Justice est un élu lyonnais et que vous le connaissez bien. Que pensez-vous de sa nomination ?  
Michel Mercier est le seul qui reste de l’ancien centre politique, l’une des personnalités fortes de cette sensibilité après Bayrou. Il fallait bien que Sarkozy garde des responsables centristes. Mercier n’a jamais caché son envie d’être au gouvernement. Il était déjà à l’Aménagement du territoire.

-Vous, les élus de la diversité qui avez désormais un début d’ancrage local, ne mesurez-vous pas derrière ces péripéties politiques les pas à franchir encore ?

Je pense qu’il y a des volontés politiques fortes qui doivent être portées. Sarkozy était sur un nuage lors de sa victoire présidentielle, et il a voulu capitaliser un électorat. Maintenant, il revient à des fondamentaux de la droite dure, la sécurité, l’immigration…, depuis cet été notamment, avec la question des Roms et de la déchéance de la nationalité française dans certains cas. Il prépare l’élection de 2012.

 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!