Sur la route du rêve et de la fraternité | El Watan
toggle menu
dimanche, 26 mai, 2019
  • thumbnail of elwatan20190526

Sur la route du rêve et de la fraternité

22 décembre 2016 à 10 h 00 min

Le cinéma irakien d’expression kurde tente de se frayer un chemin vers l’international à travers des histoires à tonalité nouvelle. El Clasico, de Mustafa Halkawt, projeté mardi soir à la salle de GTP à la faveur des Premières Rencontres cinématographiques de Hassi Messaoud, confirme cette volonté de dire des choses autrement, avec de petites touches de comédie et de fortes doses de drame.

Mustafa Halkawt, qui est installé en Norvège, a choisi de raconter une histoire d’amour sur fond de football. Alan (Wrya Ahmed), un homme de petite taille, est attaché à sa voisine Gona (Rozhin Sha-rifi). «Je vais construire une maison avec des roses rouges dans le jardin et nous aurons dix enfants», lui dit-il.

«Je t’aime parce que tu es différent», réplique Gona. Shirwan (Dana Ahmed), frère de Wrya, de petite taille, comme lui, travaille chez Jalal (Kamaran Raoof), un fabricant artisanal de chaussures. Grand supporter de Christiano Ronaldo, le joueur du Real Madrid, il lui fabrique des chaussures aux couleurs blanches du club espagnol. Shirwan supporte lui le FC Barcelone. Lors d’un clasico, derby espagnol, tout le monde se retrouve dans le café de Wrya. Ce dernier, qui se met lui aussi à supporter le Real.

Jalal refuse toute idée de mariage de Wrya avec Gona, chasse Shirwan de sa boutique et de la maison qu’il lui loue en signe de représailles. Commence alors une nouvelle aventure pour les deux frères. Wrya veut offrir les chaussures fabriquées par Jalal à Ronaldo, avec l’espoir qu’il accepte son mariage avec Gona. Un pari fou !

El Clasico évolue alors en road movie. A bord d’un quad, les deux frères traversent le chaos irakien avec des barrages militaires partout, des fouilles, des bureaucrates, des trafiquants en tous genres, des brigands-terroristes, des voitures brûlées… Le chemin vers Baghdad est périlleux, véritable chevauchée épique ! Les deux hommes paraissent presque étonnés de découvrir ce qui se passe autour d’eux.

Mustafa Halkawt ne veut pas reproduire ce que font les autres cinéastes irakiens par rapport aux drames cumulés dans le pays depuis la fin du régime de Saddam Hussein, mais s’intéresse aux rapports humains, à la solidarité entre deux frères qui n’ont pas la taille des autres hommes, mais qui sont forts par leur détermination d’aller jusqu’au bout de leur rêve, de croire à la réussite. Ils doivent dépasser, comme dans un vieux conte, plusieurs épreuves, y compris les nombreux scanners de la Green zone à Baghdad.

La musique suggestive aux parfums orientaux de Trond Bjerknes accompagne Wrya et Shirwan dans leur périple vers la rencontre du meilleur joueur de football au monde, quatre fois Ballon d’Or. Les belles images de Kjell Vassdal dévoilent parfois les douleurs qui déforment le visage de Wrya et dénudent la fragilité des deux frères. Malgré ses peines, Wrya croit à la possibilité de l’amour, même s’il faut traverser plusieurs géographies.

Le scénario rebondissant de Anders Fagerholt et de Mustafa Halkawt ouvre parfois de petites fenêtres pour justement célébrer le rêve, comme cette scène où Wrya et Gona sont allongés les corps collés sur la neige, comme dans le film Eternal sunshine, de Michael Gondry, une autre histoire d’amour. La réalité est si dure, autant la dépasser donc. La neige est là pour suggérer la pureté des sentiments.  El Clasico  va au-delà du drame romantique pour dénoncer les préjugés qu’a la société sur les personnes physiquement différentes, sur l’amour et sur l’hégémonie de l’accessoire, sur l’essentiel dans le monde contemporain.

Dans le village du nord de l’Irak, où se déroule l’histoire, le football est centre de tout, fait oublier la misère environnante et fait passer au second plan l’absence de perspectives pour les jeunes. El Clasico est également un film sur la fraternité. Fraternité qui manque fortement en l’Irak, pays déchiré par les guerres et les trahisons. Sélectionné au Festival de Dubaï et primé à Chicago, El Clasico  est sorti sur les écrans norvégiens en février dernier.

 

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!