Faut pas gratter le vernis... | El Watan
toggle menu
mercredi, 16 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191016





Faut pas gratter le vernis…

05 juillet 2012 à 10 h 00 min

On sait que Bouteflika, depuis sa venue au pouvoir, a toujours donné la préférence de ses interviews à la presse étrangère qu’aux journaux nationaux, qu’ils soient publics ou privés. En cette date commémorative du cinquantenaire de l’indépendance, il reste donc fidèle à sa ligne de conduite en s’illustrant par un entretien publié par le quotidien du soir français Le Monde, dans lequel il s’exprime sur l’avenir des relations algéro-françaises sous l’ère Hollande. Mais s’il n’y a pas exception à cette règle qui témoigne du peu de considération qu’il accorde à la presse de son pays, même quand une opportunité historique s’y prête, il y a quand même un grand hic dans cette sortie médiatique du président de la République qui aurait due être plus en phase avec les principes d’éthique que l’on se fait généralement de la communication, surtout lorsqu’elle vient du plus haut niveau.

La vérité est que cette interview, dont le fond n’est nullement remis en cause ou soumis à une quelconque contestation, n’a rien d’un produit purement journalistique puisqu’elle a été réalisée sur commande moyennant contrepartie financière (un million et demi d’euros). Plus prosaïquement, en s’intégrant dans un cahier publicitaire Spécial Algérie acheté au prix fort au Monde pour les besoins d’un marketing politique évident, l’initiative présidentielle devient suspecte à partir du moment où tout est agencé selon le désir de l’annonceur. Ainsi donc, le Pouvoir par l’intermédiaire du premier magistrat du pays n’a pas trouvé meilleure formule pour s’auto-glorifier que celle de se payer un publi-reportage pour le moins délirant, qui lui permet de dessiner à sa façon l’image de l’Algérie actuelle. On croirait revenir aux années 70 comme l’a si bien dit notre correspondant à Paris, période de toutes les démagogies et de toutes les falsifications.

A telle enseigne d’ailleurs que la rédaction du quotidien, pour éviter tout amalgame fâcheux, a pris le soin de se démarquer du contenu en précisant sa non-participation à la conception de se supplément. C’est dire si la ficelle était trop grosse de vouloir faire passer des signaux qui n’ont rien à voir avec la réalité d’aujourd’hui d’un pays  dont le niveau de développement ne cesse de se dégrader malgré ses richesses naturelles et humaines. Et d’autant plus pernicieux de vouloir tricher sur le mode de communication en occultant délibérément le caractère publicitaire et commercial de l’opération confiée à une boite de com. A ce sujet, la société des rédacteurs a bien raison d’afficher sa colère pour protester contre une «confusion en matière d’information» considérant par-dessus tout que ce supplément nuit gravement à la crédibilité du journal et au travail des rédacteurs du Monde.

Cinglant retour de manivelle pour une entreprise médiatique qui avait déjà au départ peu de chance d’accrocher en raison de sa conception démagogique. En effet, qui les promoteurs de cette opération publicitaire voulaient-ils convaincre en se fendant dans des logorrhées du genre : «Dans son premier mandat, le président Bouteflika s’est attaché à un vaste programme de refondation de l’Etat algérien par le biais de la réforme des structures et des missions de l’Etat, du système judiciaire, du système éducatif, et d’un train de mesures économiques audacieuses, comportant notamment une réforme du système bancaire destinée à rendre l’économie algérienne plus performante.

Depuis, l’Algérie relève défi sur défi». Si on a repris expressément ce morceau de flagornerie bien mis en relief dans l’éditorial et qui donne le ton au contenu général du supplément, c’est pour mieux situer en fait l’écart dans la perception du monde qui nous entoure, entre ceux qui gouvernent l’Algérie en prenant tous leurs désirs pour des réalités et la grande majorité des algériens qui affrontent au quotidien une situation politique, sociale, culturelle, économique nettement plus troublée. Si  la célébration du cinquantenaire de l’indépendance est l’occasion de marquer une halte pour voir objectivement où en est aujourd’hui le pays avec ses forces et ses faiblesses dans un contexte de mondialisation qui ne permet plus au rêve de supplanter le réalisme dans toute sa froideur, elle ne doit en aucun cas être instrumentalisée pour tromper l’opinion publique sur un constat et un état des lieux surdimensionnés.

N’en déplaise à nos dirigeants dont le premier souci est de défendre, par le mensonge et l’occultation de l’histoire, le régime de la rente qui assure à l’infini les carrières politiques et leurs privilèges, l’Algérie n’est pas encore entrée dans la modernité, se trouve très en retard par rapport au processus démocratique engagé, reste engloutie dans le système de la corruption,  possède une économie sous-développée, une école sinistrée, une vie sociale qui s’appauvrit… et pourtant le pays est riche en pétrole et en gaz.

Il ne sert à rien de ravaler la façade, c’est ce qu’il y a derrière qui pose problème, autrement dit les plus beaux discours même à forte charge de patriotisme et de nationalisme ne pourront jamais maquiller les véritables raisons qui sont à la base de la stagnation du pays : une gouvernance qui tire sa force de l’autoritarisme, une mauvaise répartition des richesses, un déni aux algériens de connaître leur histoire, une peur grandissante de la démocratie, un recul dramatique de notre diplomatie. Cela fait cinquante ans que nous sommes indépendants, et dans l’esprit de chaque citoyen, l’évolution de l’Algérie vers le progrès culturel, scientifique, social, tarde encore à venir. L’exigence du développement est toujours trop forte par rapport à nos capacités d’entreprise, à nos potentialités, mais c’est toujours vers le strict minimum qu’on nous ramène en nous demandant d’applaudir et de se sentir comblé et heureux. L’Algérie n’est-elle pas la meilleure contrée d’Afrique où il fait bon vivre ?


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!