Santé mentale : Les malades mal pris en charge | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




Santé mentale : Les malades mal pris en charge

16 avril 2018 à 12 h 00 min

Pourtant, la demande est là, très forte. «40% de la population de la wilaya est atteinte de troubles anxieux, en raison des séquelles post-traumatiques  au séisme de mai 2003», a indiqué Dr Ouslimane de l’EPSP de Boumerdès, lors d’une journée d’étude sur cette pathologie.
Selon lui, la marginalisation des malades mentaux est d’ordre sociétal, géographique et même sanitaire. Seul recours, l’évacuation vers Tizi Ouzou ou Alger. Le malade est livré à lui-même. Il n’a pas le droit à l’ambulance.

Pis, les enfants atteints de maladie mentale et les personnes séniles souffrant de démence (gérontopsychiatrie) sont loin d’être pris en charge spécifiquement. Pendant ce temps, l’hôpital psychiatrique de Boudouaou accuse un arrêt des travaux après avoir été réduit de 120 lits à 40. Selon certaines indiscrétions, il existe un différend avec le bureau d’études qui doit effectuer les transformations décidées par le ministre de la Santé suite à sa dernière visite. En tout cas, l’enveloppe financière existe.

A noter la mauvaise organisation de cette journée d’étude, où la presse a eu très difficilement accès à la documentation  avec l’absence du programme, la salle exiguë où le travail devait se faire debout pendant des heures, et surtout la réaction très bureaucratique du directeur de la santé qui, pour répondre à une question sur le sort de l’hôpital psychiatrique de Boudouaou, a préféré s’éclipser. Pourtant, c’était une journée d’étude et d’information.  



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!