Sahara occidental : Abdelaziz appelle l'ONU à "intervenir d'urgence" pour protéger les civils sahraouis de la répression marocaine | El Watan
toggle menu
samedi, 25 mai, 2019
  • thumbnail of elwatan20190525

Sahara occidental : Abdelaziz appelle l’ONU à “intervenir d’urgence” pour protéger les civils sahraouis de la répression marocaine

13 août 2011 à 17 h 15 min

Dans un message adressé au secrétaire général de l'ONU, et repris par l’agence sahraouie, SPS, le président sahraoui a exprimé sa conviction que ces "développements graves dictent l'urgence" de trouver un mécanisme onusien qui garantit la sécurité et les droits des Sahraouis  dans les territoires occupés à travers "l'élargissement des prérogatives de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) à la protection et à la surveillance des droits de l'homme au Sahara occidental".  

Le président Abdelaziz a mis en garde contre "l'escalade" menée par les autorités marocaines face à la résistance dans les territoires sahraouis occupés,  rappelant ce qui s'est passé dans la ville d’El Ayoun lundi et jeudi derniers où 8 blessés parmi les citoyens ont été enregistrés".          

Le président sahraoui a indiqué que les forces de l'occupation marocaines avaient lancé, dans le cadre "d'une escalade dangereuse", "une campagne répressive générale" dans les rues et quartiers d’El Ayoun après avoir interdit des manifestations que des citoyens sahraouis pacifiques avaient décidé d'organiser tous les lundi et jeudi après la prière de Tarawih devant le siège de la délégation du ministère marocain de l'énergies et des  mines.

Des civils innocents et pacifiques portant des revendications légitimes font l'objet "de toutes sortes de répression et d'intimidation par les forces marocaines", souligne M. Abdelaziz dans son message.

Le président sahraoui a, dans ce contexte, "déploré" le fait que les  citoyens sahraouis sont réprimés dans un territoire "qui est encore sous l'égide  des Nations Unies à travers la présence des membres de la MINURSO", qualifiant cet acte "d'illégal et immoral".

Un acte, a-t-il dit, qui rappelle le "climat de peur" qui a suivi l'attaque  perpétrée par les forces marocaines le 8 novembre 2010 contre le camp sahraoui de Gdeim Izik, situé à El Ayoun.

 

 

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!