Louisa Hanoune : «Nous ne nous laisserons pas intimider» | El Watan
toggle menu
samedi, 25 mai, 2019
  • thumbnail of 20190524

Louisa Hanoune : «Nous ne nous laisserons pas intimider»

13 juin 2015 à 10 h 00 min

J’ai toujours mesuré mes propos», a lancé la secrétaire générale du PT, hier, lors d’un regroupement avec les cadres de son parti à Souk Ahras. Louisa Hanoune se demande pourquoi de tous les partis qui ont réagi à la lettre du chef d’état-major, Ouyahia a choisi de répondre uniquement à elle. «Je me demande pourquoi de toutes les réactions des autres partis au sujet de la lettre de Gaïd Salah, Ouyahia a répondu seulement au PT ? Est-ce que c’est une intimidation ? Pourtant Ouyahia me connaît bien et connaît aussi bien notre parti, un parti de conviction et militant, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’autres», s’est-elle défendue.

Et à son tour de lancer une attaque contre le chef de cabinet de la Présidence. Sans se laisser intimider, elle réaffirme sa position quant à la gravité du message du chef d’état-major à l’ex parti unique. «La lettre de Gaïd Salah n’est pas privée, c’est une lettre politique. C’est la raison pour laquelle nous avons dit que cette lettre constitue une dérive politique, qu’elle soit personnelle ou commanditée», assure-t-elle.

Et comme pour montrer qu’elle ne recule pas face aux «mises en garde» d’Ouyahia, elle persiste à dire que la situation politique du pays n’est pas rassurante. «Oui, tous les développements de ces derniers jours participent à une opération politicienne de la caporalisation de la vie politique et de la mise au pas des institutions de l’Etat au service de l’oligarchie», assène la leader du PT.

Elle dénonce «des comportements oligarchiques qui déstabilisent et minent l’Etat». Une manière de rappeler à Ahmed Ouyahia ses prises de positions antérieures assurant que «l’argent sale gangrène les institutions de la République».

Pour Mme Hanoune, «un Etat parallèle est en train de se mettre en place». Elle en veut pour « argument » la journée parlementaire organisée par le FCE, où le président du patronat «a convoqué plus de 200 responsables, entre hommes d’affaires, responsables civils et militaires et walis». Ce type d’agissements nourrit chez le Parti des travailleurs «la crainte de la mise au pas des institutions. Un Etat parallèle se met en place».

Et d’enchaîner ses répliques brocardant le soutien «étrange» qu’apporte le chef du RND à celui du FCE. «Libre à lui de trouver des qualités de diplomate au patron du FCE, mais il est étrange quand ça vient d’un homme (Ouyahia), ayant eu un parcours dans la diplomatie et connaissant les codes de l’Etat, qui justifie la mise en place d’une diplomatie parallèle. Il justifie l’injustifiable», réagit-elle défiante.
Si Ouyahia a choisi son propre camp, Louisa Hanoune lui rappelle que le sien est «celui du peuple, des travailleurs, des jeunes, bref le camp de la République».

La secrétaire générale du PT, dont les déclarations sur les gestes de Bouteflika et de Gaid Salah à l’égard de l’ex-parti unique ont fortement «déplus», n’a pas manqué à son tour de «prodiguer» un conseil à son adversaire du jour. «J’ai un conseil à donner à Ouyahia : celui de ne pas confondre sa mission de chef de cabinet et son rôle de secrétaire général du RND.» Ouyahia appréciera !

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!