L’étrange note de la Banque d’Algérie | El Watan
toggle menu
mercredi, 22 mai, 2019
  • thumbnail of 20190522

L’étrange note de la Banque d’Algérie

04 décembre 2015 à 10 h 00 min

Une note émise par la banque d’Algérie le 18 novembre dernier à déstination des établissements bancaires intermédiaires agréés, intime à ces derniers l’ordre de procéder, à partir de ce mois de décembre et au plus tard en janvier 2016, aux paiments en Renminbi (monnaie chinoise), lors des transactions avec la République Populaire de Chine.

Les banques algériennes qui utilisent uniquement des dollars pour ses transactions internationales, se verront donc obligées d’utiliser le Yuan pour le commerce avec l’empire du milieu. La banque centrale argumente cette décision par le fait que la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Algérie et que cette procédure élimine tout prémium pour la couverture du risque de change dans le cadre du règlement dans une autre monnaie.

«Cette décision a été prise le 18 novembre et est entrée en application le 1er décembre !, s’étonne un cadre financier contacté par El Watan Week-end. On peut se demander pourquoi, alors qu’elle engage le commerce internationale, elle a été prise si brusquement ? Sans concertation, sans exposé des motivations, sans même savoir qui en a décidé ? Le ministre du Commerce ? Le Directeur de la Banque d’Algérie ? La Présidence ? Cela nous en dit long sur la façon dont les décisions importantes l’économie du pays.»


Irak et Libye

Il est important de noter que cette décision est venue quelques jour après celle du Fond Monnétaire International, d’inclure le Renminbi dans le panier de devises qui sert d’actif de réserve international à l’institution et ce à partir du 1er octobre 2016. Malgré le statut de seconde économie de la planète que détient la Chine depuis deux ans déjà, le nombre de transactions financières dans sa monnaie nationale convertible ne dépasses pas le 4% du flux monnétaire mondial, contre plus de 46% pour le dollar.

Les deux décisions sont-elles liées? Est-ce une mesure technique pour simplifier les relations bancaires avec la Chine et diminuer très légèrement les frais de changes entre les deux pays ? Ou est-ce une décision très audacieuse qui tend vers la sortie progressive du dollar américain avec ce que cela implique? Un expert financier contacté par El Watan Week-end nous a répondu qu’il était de prime abord surpris par une décision aussi expéditive sans préavis et encore moins de débat. «Le fait est que cette circulaire donne des motivations sommaires à une décision importante en seulement quatre paragraphes, sans aller dans le fond du sujet» ajoute-t-il.

L’affaire est, selon lui, importante, car «s’il s’agit d’un abandon total du dollar US pour les transactions entre les deux pays, c’est à dire de la vente des hydrocarbures en RMB à la Chine, cette décision serait non sans conséquences pour le pays. Pour rappel, hormis l’Union Européenne et la Russie dans ses transactions avec la Chine, peu de pays sont parvenus à se défaire de l’emprise de la monnaie américaine, pis encore, deux pays, l’Irak puis la Libye, ayant tenté le coup, ont subi une déstructuration totale et la chute de leurs gouvernants». Il nuance toutefois : «Si cette décision ne va que dans le sens des importations algériennes et que le passage par le dollar est maintenu, ce sera sans grande conséquences sur la stabilité du pays».

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!