Affaire DSK : Le décor du mélodrame démantelé | El Watan
toggle menu
mercredi, 22 mai, 2019
  • thumbnail of 20190522

Affaire DSK : Le décor du mélodrame démantelé

25 août 2011 à 1 h 00 min


Paris (France).
De notre correspondant

 

Plus tôt, le juge américain Michael Obus a décidé d’abandonner les poursuites contre Dominique Strauss-Kahn pour crimes sexuels, à la demande du procureur qui a relevé des mensonges dans les accusations de la femme de chambre du Sofitel de New York. «Je ne vois aucune raison de refuser la demande de non-lieu», a déclaré le juge lors d’une audience d’une quinzaine de minutes au tribunal pénal de Manhattan.


La décision du juge met fin à trois mois d’une rocambolesque saga judiciaire qui a coûté à DSK son poste de directeur général du Fonds monétaire international et gravement entamé ses chances de briguer la présidence française. Le juge a évoqué une possibilité d’appel de la part des avocats de la victime présumée de M. Strauss-Kahn. Ce que l’avocat de la femme de chambre a fait. L’appel est suspensif du passeport du diplomate français. Le procureur Cyrus Vance, qui avait obtenu l’incarcération de l’ancien ministre de l’Economie de Jospin en mai, a annoncé, lundi, avoir demandé au juge l’abandon des poursuites. «S’il est établi que l’ancien patron du FMI a bien eu une relation sexuelle avec son accusatrice, rien ne permet de prouver avec certitude que cette relation était forcée», a expliqué le procureur.


Les socialistes respirent


Dominique Strauss-Kahn était poursuivi pour sept chefs d’accusation, dont tentative de viol, agression sexuelle et séquestration. La recommandation du procureur a été dénoncée comme un déni de justice par l’avocat de la femme de chambre. Selon lui, le procureur «a refusé le droit d’une femme à obtenir justice dans une affaire de viol».En France, la recommandation du procureur de classer le dossier a été accueillie avec soulagement par les socialistes, candidats à la primaire, y compris.


Pour autant, l’avenir politique de Dominique Strauss-Kahn sur la scène française reste incertain et nul ne se risque à envisager qu’il soit candidat à la présidentielle de 2012. Ségolène Royal estime qu’une «page importante se tourne» pour Dominique Strauss-Kahn. «Il faudrait le laisser respirer, le laisser tranquille. N’oublions pas la violence du système (judiciaire américain, ndlr), sa brutalité – la prison, les menottes, les chevilles entravées, les assignations à résidence –, tout ça pour finir sur cette issue positive», a déclaré la candidate à la primaire.
 

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!