Aïn Témouchent : Dar El Ihcène, un restaurant au secours des ouvriers pauvres | El Watan
toggle menu
lundi, 26 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190826


  • Pub Alliance Assurance



Aïn Témouchent : Dar El Ihcène, un restaurant au secours des ouvriers pauvres

24 juillet 2014 à 10 h 00 min

Chaque jour, depuis le début du mois sacré, des dizaines de jeunes affluent  à quelques minutes de l’annonce de l’iftar au seuil de la porte de Dar El Ihcène où est ouvert un restaurant de solidarité avec les démunis et les personnes de passage. Les hôtes de cette structure d’entraide sociale, située  dans le quartier populaire de Sidi Saïd de la ville d’Aïn Témouchent, sont, dans leur quasi-majorité, des ouvriers agricoles dont l’âge moyen ne dépasse pas les 23 ans. Ils ont été recrutés à partir des wilayas de Mascara, Relizane et Mostaganem pour travailler dans les cultures de pastèques  et melons.

Lors de notre passage sur les lieux, nous avons constaté qu’un menu assez copieux était servi aux «convives» qui avaient eu droit  à des dattes, du lait, un bol de l’indétrônable hrira, un tajine à la viande d’agneau, des fruits, des boissons gazeuses, de la  chamia et du  café. Dès l’appel  du muezzin, les ouvriers s’installent pour rompre le jeûne, tout en ayant l’œil rivé sur la télévision mise à leur disposition par les initiateurs de cette action citoyenne.

Après  avoir rempli leurs ventres, une autre «épreuve» physique les attend. Comme il n’y a pas de moyens de transport public en ce moment, alors  ils tentent de regagner leurs logis à pied en battant le pavé sur plusieurs kilomètres pour rejoindre leurs cabanes implantées dans les environs de certaines communes proches de la ville d’Aïn Témouchent. «Heureusement, nous avons trouvé ce restaurant de bienfaisance, sinon nous aurions énormément souffert, surtout que le travail dans les champs est pénible. La chaleur, le jeûne, la soif sont autant de facteurs de fatigue», avouent quelques-uns de ces ouvriers que nous avons approchés.

Le président de l’association sociale et culturelle Dar El Ihcène, gérant de ce restaurant du cœur, M. Belkhal Mimoun, a affirmé de son côté : «Ces jeunes ne connaissent personne dans cette ville d’Aïn Témouchent. Grâce aux bienfaiteurs, les membres de cette association et les agents bénévoles de la cuisine, nous avons ouvert ce restaurant et nous déployons  d’énormes  efforts pour satisfaire ces jeunes travailleurs qui sont aussi les hôtes de la ville de Sidi Saïd. Chaque jour, nous servons plus de 100 repas complets à table», a-t-il précisé.  Il est à noter qu’outre ces jeunes, des personnes  d’Aïn Témouchent  en difficulté sociale ou SDF sont aussi admises par les responsables de ce restaurant.                                        
 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!