Un pan du mouvement associatif s’en mêle | El Watan
toggle menu
lundi, 17 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190617
  • Pub Alliance Assurance

Un pan du mouvement associatif s’en mêle

01 octobre 2012 à 10 h 00 min

La montée au créneau du député du mouvement des citoyens libres (MCL), Habib Zagad, contre la «gestion opaque» des affaires publiques, notamment la «dilapidation du foncier», a-t-elle ouvert la boîte de Pandore ? L’on est tenté de le penser, puisqu’une véritable polémique s’est installée au sein d’une partie du mouvement associatif, suite aux déclarations fracassantes du parlementaire du MCL, imputant au premier magistrat de la wilaya manquements et dépassements à cet égard. Par communiqués interposés, la guéguerre enfle entre partisans et opposants du pourfendeur.

Pour le secrétaire de wilaya de l’union nationale du mouvement associatif et de la société civile (Unmasc), qui vient de se démarquer des griefs soulevés contre le wali, «il ne s’agit ni plus ni moins que de surenchère politique. Ces opportunistes ne pointent le bout du nez qu’à l’occasion de joutes électorales». Et l’on peut lire encore dans ledit document: «A l’Unmasc, nous privilégions le dialogue constructif et non les communiqués incendiaires, incitant au trouble et au désordre.» Le coordinateur de wilaya du MCL abonde dans le même sens : «Le communiqué n° 1 est subversif à tout point de vue. Derrière l’intention de préservation du foncier, se cache un vrai conflit d’intérêts qui ne dit pas son nom.

Nous déplorons la violence d’où qu’elle vienne et saluons l’œuvre constructive et les efforts du wali, qui, à travers les énormes chantiers de la nouvelle zone industrielle (ZI) et le port sec, ambitionne d’ériger la ville de Chelghoum Laïd au rang de grand pôle de développement socioéconomique.». Sollicité pour une réaction à la grogne affichée par ses opposants, le député mis en cause s’en défend: «Je ne reconnais pas le parti dit MCL en tant que tel, car si je me suis présenté aux législatives sous son étiquette (MCL), c’était uniquement pour éviter l’éprouvante exigence du parrainage de signatures. D’ailleurs, je suis démissionnaire de cette formation depuis le 11 mai écoulé. Tout l’honneur est pour moi d’avoir introduit ce parti au parlement.»

Abordant l’épineux volet de supposés investissements dévoyés, il assène: «Ma position envers cette question est claire. Je l’ai dit à la tribune du parlement devant 35 millions d’Algériens que le wali a vendu les jardins publics de la ville, tout comme il a bradé la pépinière et Djenane El Hakam (deux sites clés de la cité). Je persiste à demander une commission d’enquête pour lever le voile sur ces malversations et donne rendez-vous au wali devant la justice.» Et de conclure: «Le président de l’Unmasc, signataire du communiqué, n’est rien d’autre qu’un parasite caressant dans le sens du poil les pouvoirs publics, et surtout pour rester dans les bonnes grâces du wali. »                    
 

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!