Le site d’Oum Lahdoum entre les dents de prédateurs | El Watan
toggle menu
dimanche, 21 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan21072019




  • Pub Alliance Assurance



Le site d’Oum Lahdoum entre les dents de prédateurs

18 mai 2015 à 10 h 00 min

Ces forêts dévastées et mises à nu sont maintenant sous la menace du béton armé, et les timides opérations de reboisement programmées ne concernent pas les surfaces ravagées par les incendies.

Ce crime contre l’environnement est aussi une menace contre la sécurité des hommes et l’équilibre de la nature. Il y a des précédents à l’actif de certains élus et fonctionnaires de l’exécutif local, et même de la part de certains ministres lors de visites officielles, ayant acquis illégalement des biens matériels et fonciers dans cette wilaya très pauvre, et ce, avant la fin de leurs mandats ou de leurs fonctions administratives.

Mais cette prédation n’est pas limitée à ce type de détournements, puisque l’on s’attaque maintenant à l’environnement et à la nature, les forêts notamment, sous le regard du premier responsable de l’exécutif, soit par son absence de riposte ou avec son consentement, à tel point que tous les espaces naturels et protégés sont menacés par une folie prédatrice sans aucune limite.

Le partage en règle de ce foncier détourné se fait au profit d’élus indélicats et de fonctionnaires complices, à l’exemple du lieu-dit Oum Lahdoum, situé dans la commune de M’toussa, à 20 km au nord de Khenchela, où des proches de l’ex-ministre des Ressources hydriques, Hocine Necib, (son fils et son frère), ont bénéficié d’une parcelle de 30 hectares à eux deux. L’affaire de l’attribution de cette assiette lors d’une visite effectuée l’automne dernier serait à l’origine du limogeage de ce ministre annoncé lors du remaniement gouvernemental de jeudi dernier.

Toujours au niveau d’Oum Lahdoum, 11 décisions d’attribution de terres dites agricoles ont été accordées à d’autres privilégiés, des élus locaux notamment, parfois résidant en dehors de la wilaya, alors que ces terres sont sous tutelle du Haut-commissariat pour le développement des zones steppiques, et donc à vocation pastorale uniquement, et ce, conformément à l’arrêté interministériel n°108 du 23 février 2011(dont El Watan détient une copie).

Un changement de statut suspect

Mais le plus grave dans toute cette affaire a été le changement du statut de ces terres d’une superficie  de 300 ha, passant d’une vocation pastorale à une vocation agricole. Une procédure qui s’est faite sans le consentement du Haut-commissariat cité plus haut. C’est le représentant local de cet organisme qui a informé récemment par courrier officiel sa hiérarchie, dont le siège régional se trouve à Tébessa, de la décision unilatérale et illégale du wali de Khenchela de transformer ces 300 ha de terres pastorales en terres à vocation agricole (El Watan détient une copie de courrier).

Le «Régional» de Tébessa du Haut-commissariat pour le développement des  zones steppiques (le siège national est à Djelfa), Mr. Maarfia Tayeb, a saisi il y a quelques jours à peine le chef de la daïra de M’toussa, responsable administratif du lieu-dit Oum Lahdoum, lui rappelant les délibérations officielles du 11 octobre 1995 et du 29 mars 1997 (sous le n° 264) qui consacre la nature pastorale de ces superficies, et que la décision de les transformer en terres agricoles est illégale, menace gravement l’environnement local, favorise dangereusement l’avancée de la désertification et réduit les parcours réservés à l’élevage et à la transhumance.

Ce «Régional» a par ailleurs vivement critiqué dans le même courrier la position du président de l’APC de M’toussa, qui s’est opposé à la mise sous tutelle du Haut-commissariat pour le développement des zones steppiques des 300 ha d’Oum Lahdoum, comme ce fut la cas depuis 21 ans.

Face à cette prédation organisée sur Oum Lahdoum, le «Régional» des steppes a décidé de se désister de cette zone protégée. El Watan a pris connaissance de la liste de certains bénéficiaires de ce détournement du foncier, parmi eux des élus locaux, mais résidant dans la wilaya voisine d’Oum El Bouagui, ou des personnalités habitant à Alger. Toutes ces personnes s’étant «associées» pour commettre un crime contre l’environnement et la nature, sous le prétexte de droits à des terres agricoles.   
 

Loading...
(function(){ var D=new Date(),d=document,b='body',ce='createElement',ac='appendChild',st='style',ds='display',n='none',gi='getElementById',lp=d.location.protocol,wp=lp.indexOf('http')==0?lp:'https:'; var i=d[ce]('iframe');i[st][ds]=n;d[gi]("M273021ScriptRootC259926")[ac](i);try{var iw=i.contentWindow.document;iw.open();iw.writeln("");iw.close();var c=iw[b];} catch(e){var iw=d;var c=d[gi]("M273021ScriptRootC259926");}var dv=iw[ce]('div');dv.id="MG_ID";dv[st][ds]=n;dv.innerHTML=259926;c[ac](dv); var s=iw[ce]('script');s.async='async';s.defer='defer';s.charset='utf-8';s.src=wp+"//jsc.mgid.com/e/l/elwatan.com.259926.js?t="+D.getYear()+D.getMonth()+D.getUTCDate()+D.getUTCHours();c[ac](s);})();

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!