Vaccin anti-covid : La course contre la montre | El Watan
toggle menu
dimanche, 09 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan06052021



Vaccin anti-covid : La course contre la montre

09 janvier 2021 à 11 h 00 min

Lancer la campagne de vaccination contre la Covid-19 avant la fin du mois en cours est un défi pour l’autorité de santé et le gouvernement pour mettre en œuvre l’instruction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Le coup d’accélérateur donné par le chef de l’Etat pour l’acquisition du vaccin dans les plus brefs délais et «la nécessité de poursuivre les préparatifs nécessaires pour lancer, janvier courant, la campagne de vaccination contre la Covid-19, suivant une organisation sans faille», a mis sérieusement en difficulté l’institution sanitaire prise de court.

Ce qui compte aujourd’hui, au moment où les négociations avec les Russes détenteurs du vaccin SputnikV, choisi par l’Algérie, qui semblent très serrées avec tout ce que cela pourrait appréhender comme incertitudes, est de commencer à vacciner, à l’instar de tous les pays du monde et s’adapter en catastrophe. La décision politique a devancé l’attitude prudentielle adoptée durant des semaines par les scientifiques. Une attitude jugée injustifiable au plus haut niveau.

Le premier argentier du pays a également freiné la démarche en retardant la signature de l’engagement financier pour l’acquisition des 500 000 doses, dont l’enveloppe allouée pour l’acquisition du vaccin anti-Covid était estimée à 20 milliards de dinars (plus de 123 millions d’euros). «Après de nombreuses réticences, c’est seulement jeudi que le ministre des Finances a apposé sa signature. Ce qui retarde encore cette acquisition du vaccin avec tous les aléas relatifs au week-end et à la fête nationale en Russie. Le premières doses arriveront probablement la fin du mois de janvier ou début février», avons-nous appris de source sûre.

Plusieurs scénarios

Le plan national de vaccination élaboré par le comité technique de vaccination et adopté jeudi par le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie, qui se présente sous forme de plusieurs scénarios, est tributaire de la disponibilité et des quantités des doses du vaccin importées. Ainsi, «le nombre de personnes qui seront vaccinées au cours de cette première phase ne pourra être identifié que si l’on identifie le nombre de doses qui seront livrées», affirme une source proche du dossier qui ne cache pas son inquiétude quant à la gestion de la question.

La problématique se pose donc pour les quantités qui pourraient être très insuffisantes pour lancer la campagne de vaccination dans sa première étape au rendez-vous, comme exigé par le président de la République. «Le contrat initial portait sur une commande de 500 000 doses. Mais là, seulement 10 000 doses seront réceptionnées dans un premier temps, sachant que ce vaccin nécessite une conservation à moins 20 degrés Celsius. Les congélateurs à cette température sont disponibles, mais pas pour une grande quantité.

Il faut rappeler qu’au départ on parlait d’un vaccin lyophilisé (déshydraté) qui peut être stocké à une température de + 2 + 8 degrés Celsius, mais les choses semblent avoir changé. Maintenant, on ne sait pas s’il s’agit de la même forme de vaccin proposé. La question reste posée. Ce qui aurait donc, sans doute, induit une réduction des quantités pour la première livraison soit 10 000 doses», signale notre source. Et de préciser : «Ce sera donc un vaccin congelé qu’il va falloir utiliser une demi-heure après décongelation. Il s’agit du même principe que le vaccin d’AtsraZeneca avec qui l’Institut Pasteur d’Algérie a engagé des discussions pour l’acquisition d’une quantité de doses d’ici le mois de février prochain.»

Aucune dose de vaccin à ce jour

A ce jour, l’Algérie ne dispose d’aucune dose de vaccin Sputnik V. «Nous sommes toujours en attente de la finalisation des procédures d’acquisitions, notamment l’enregistrement et la signature définitive du contrat entre le Centre national d’épidémiologie et de microbiologie Gamaleya et l’Institut Pasteur d’Algérie», signale notre source. La situation épidémiologique assez stable, affichant une tendance baissière de manière générale, fera encore gagner du temps au gouvernement. «Nous n’avons rien perdu. L’Algérie compte diversifier les commandes de vaccins contre la Covid-19 auprès d’autres laboratoires, tels que AstraZeneca, Pfizer/BioNtech et les chinois.

Les discussions sont en cours avec les représentants de ces laboratoires et certains sont même en bonne voie. Les contrats seront négociés avec l’Institut Pasteur d’Algérie et l’Agence nationale des produits pharmaceutiques avec ces laboratoires», indique notre source, signalant que la vaccination se fera au cours de toute l’année 2021 sur plusieurs étapes.

Qui sera donc concerné en premier par cette vaccination ? D’après nos informations, l’Algérie ne dérogera pas à la règle. Seront vaccinés, dans la première phase, les personnes fragiles âgées de 75 ans et plus. Les pensionnaires des centres de vieillesse répartis sur le territoire national figurent parmi les premières personnes à vacciner contre la Covid-19, suivront par la suite les malades chroniques, les personnels de santé et autres.

Ainsi, 8000 structures de santé publique, notamment les EPSSP, les polycliniques et certains centres de vaccination hospitaliers ont été identifiés et sont prêts à entamer l’opération de vaccination en attendant le vaccin SpoutnikV. «Le personnel de ces établissements et les pensionnaires doivent être informés et sensibilisés concernant cette vaccination. Cette opération constitue la première épreuve qui nous permettra de prendre la température et observer le comportement de la population face à cette vaccination.

Elle sera également un indicateur sur le nombre de personnes à vacciner au cours de toute l’année 2021 et les quantités supplémentaires à commander», nous explique notre source. Pour un membre du conseil scientifique du suivi et de l’évolution de la pandémie, la vaccination peut intervenir de manière tardive, puisque situation épidémiologique n’est pas aussi grave que celles qu’on voit ailleurs dans le monde.

«Comparativement aux autres pays, tels que les Etats-Unis et en Europe, nous avons moins de formes graves de la maladie Covid-19 ainsi que la mortalité qui n’a pas atteint le 1% pour 100 000 habitants. Mais cela ne nous empêche pas d’acquérir les vaccins contre la Covid-19 et entamer la vaccination au deuxième trimestre de .»

Par ailleurs, le directeur général de la prévention, le Dr Djamel Fourrar et porte-parole du comité scientifique du suivi et de l’évolution de la pandémie, a déclaré que «tout est prêt pour ce qui est de la logistique, en l’occurrence les réfrigérateurs, les congélateurs et les camions frigorifiques pour la conservation et le transport des vaccins». Les structures de santé dédiées à la vaccination sont également prêtes, selon lui, sachant que les équipes de vaccination sont déjà rodés en la matière.

Une conférence de presse sera animée aujourd’hui au siège du ministère de la Santé pour annoncer le lancement de la campagne de sensibilisation et d’information sur la vaccination à l’adresse des professionnels de la santé et du grand public, dont la première phase pourrait intervenir à la fin du mois de janvier, selon plusieurs sources. Une étape qui interviendra une fois que l’autorisation d’utilisation d’urgence sera délivrée par l’Agence nationale de produits pharmaceutiques dont l’étude du dossier est toujours en cours. La procédure d’enregistrement, rappelons- le, est basée sur l’évaluation documentaire et technique.

Conçu par le Centre de microbiologie Gamaleïa, le premier vaccin anti-Covid-19 au monde, le Spoutnik V, a été homologué en Russie en août. Le directeur du Fonds russe d’investissements directs (RFPI), Kirill Dmitriev, a déclaré le 14 décembre que la troisième phase des essais permettait d’évaluer son efficacité à 91,4%. D’après lui, le vaccin est efficace contre la nouvelle souche britannique de SARS-CoV-2 qui se propage en Europe.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision RBС, le ministre russe de l’Industrie, Denis Mantourov, a annoncé que le Spoutnik V sera disponible en poudre en 2021.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!