Monoxyde de carbone : Alerte dans les foyers | El Watan
toggle menu
samedi, 24 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190824
  • Pub Alliance Assurance





Monoxyde de carbone : Alerte dans les foyers

14 janvier 2019 à 11 h 30 min

Vingt-deux personnes, âgées entre 28 jours et 76 ans, ont échappé miraculeusement à la mort par asphyxie ce week-end à Bordj Bou Arréridj, alors qu’elles prenaient part à une veillée funèbre. Au même moment, à Zeghaïa, dans la wilaya de Mila, la famille B. n’a pas eu cette chance et les trois membres (le père, 36 ans, la mère, 30 ans, et leur enfant âgé d’à peine 30 mois) ont tous péri dans leur sommeil au domicile familial après avoir inhalé le monoxyde de carbone émanant de leur radiateur.

L’actualité algérienne est dominée quasi quotidiennement par des nouvelles dramatiques liées à des incidents souvent mortels, dus à l’asphyxie par ce gaz. Des drames qui dépassent manifestement le simple fait divers.
Depuis quelques années, en effet, la saison du grand froid en Algérie est synonyme de mort par ce gaz inodore et très dangereux. Les bilans renvoient à une véritable hécatombe et les chiffres refusent de reculer en dépit de larges et insistantes campagnes de sensibilisation.

Vingt-cinq morts rien que pour les 12 premiers jours de 2019 ! Dix-sept en seulement 48 heures, relève le commandement de la Protection civile pour la fin de la première semaine de janvier. Alors qu’en 2017, les mêmes services ont enregistré 128 décès et 2400 interventions ayant permis de sauver 2928 personnes. Alger, Batna, Tlemcen, Constantine, Tizi Ouzou… là où le froid s’installe, la mort vient rôder dans les foyers et fauche sans distinction d’âge ni de sexe des vies, et souvent en nombre. Les chiffres donnent froid dans le dos.

Il s’agit indéniablement d’une menace sur la vie des Algériens dont il convient de reconsidérer l’ampleur et la dangerosité. Le ciblage d’appareils de chauffage «Taïwan» et les mesures prises pour les bannir du marché, ainsi que l’effort de sensibilisation semblent peu efficaces compte tenu des résultats. La conception des intérieurs de maisons devrait elle aussi être soumise à des règles strictes et au contrôle en aval.

N’est-ce pas que le parc national de logements souffre d’un déficit mortel en termes de normes, et que les pratiques en matière de construction sont désespérément frauduleuses ? Désigner le citoyen (victime ou victime potentielle du gaz) comme étant la cause de son propre péril par ignorance ou négligence relève de la courte vue, qui ignore un contexte national fait d’accumulations d’erreurs laxistes dans le domaine de l’habitat et d’émergence de l’incivisme comme conséquence du rejet de l’autorité et de la faillite du contrat social.

La famille B. et des centaines de milliers de familles en Algérie sont livrées à elles-mêmes, accédant facilement à l’autoconstruction et sont libres de procéder à leur guise (sans architecte) sans être inquiétées par le moindre contrôle.
La même mentalité, le même climat d’impunité poussent des Algériens à faire de mauvais choix quand il s’agit de chauffer leurs foyers. Ceux ayant les moyens d’accéder au chauffage central n’hésitent pas à le faire, mais ce moyen étant un luxe, beaucoup d’Algériens demeurent exposés à la menace carbonique et habités en tout cas par la peur depuis que la mort s’incarne dans le radiateur à gaz et ses conduites perméables.

Le monoxyde de carbone s’est imposé comme l’une des premières causes de mortalité en Algérie. Il devient ainsi du devoir du gouvernement de se pencher sur ce phénomène et de prévoir des réponses à la hauteur de la menace.

 

 

 

 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!