Environ 32 000 Algériens privés d’une autorisation de sortie du territoire : Déchirements familiaux à l'ombre de la Covid-19 | El Watan
toggle menu
vendredi, 03 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Environ 32 000 Algériens privés d’une autorisation de sortie du territoire : Déchirements familiaux à l’ombre de la Covid-19

28 avril 2021 à 10 h 58 min

L’autorisation de sortie du territoire national imposée en raison de la crise sanitaire devient une contrainte bureaucratique supplémentaire.

Une pratique dont se plaignent, en tout cas, des milliers d’Algériens qui restent bloqués au pays. Parmi eux, il y a des étudiants dans des universités étrangères (en dehors de l’espace Schengen), des détenteurs de visas de travail, des personnes dont les conjoints vivent à l’étranger et des malades nécessitant une prise en charge urgente dans des hôpitaux européens.

En effet, ils sont environ 32 000 Algériens à être confrontés à cette situation kafkaïenne. «Nous avons tapé à toutes les portes. Nous avons tenu plusieurs rassemblements devant le ministère de l’Intérieur, mais personnes n’a trouvé de solution à notre problème. Il y a un refus arbitraire de nous accorder ces autorisations», déclare Fayçal Boulemka, un des représentants du collectif des personnes privées de l’autorisation de sortie de territoire algérien.

Rappelant que le ministère de l’Intérieur accorde ce sésame à ceux qui voyagent en France et dans quelques pays de l’espace Schengen, notre interlocuteur dénonce la politique des deux poids deux mesures des autorités. «Par cette attitude, les responsables au ministère de l’Intérieur mettent des familles entières dans une situation délicate. Nous ne comprenons pas cette attitude.

Pourtant, nous avons présenté tous les justificatifs prouvant que nous ne voulons pas voyager pour faire du tourisme», ajoute-t-il, précisant que le problème ne se situe pas au niveau de la disponibilité des vols. «Il y a des vols quasi quotidiens assurés par les compagnies aériennes, Turkish Airlines, Qatar Airways, Lufthansa et Air France.

Les billets aussi sont disponibles auprès des agences de ces compagnies», explique-t-il, soulignant que les étrangers «rentrent au pays et en sortent sans aucune contrainte».

Des postes d’emploi à l’étranger compromis

Par cette mesure arbitraire, affirme pour sa part Mourad, un Algérien qui a décroché un poste d’emploi à l’étranger, «l’administration risque de compromettre notre avenir». «Je l’ai dit au responsable du ministère : J’attend cette autorisation depuis 10 mois. Si ce blocage persiste, je risque de perdre mon poste de travail qui est une opportunité qui ne se présente pas tout le temps. Qui m’assurera un poste de travail comme celui-là ? Personne. Mais je n’ai toujours pas de réponse», nous déclare Mourad, dépité.

Outre les obligations liées aux études, au travail et aux familles, d’autres personnes affirment que leur vie dépend de cette autorisation qui ne vient pas. «J’ai une maladie très grave au niveau des poumons, (risque d’une tumeur) et qui nécessite un traitement urgent à l’étranger. Ayant déjà une prise en charge et un rendez-vous, j’ai été surpris par un refus de la part des autorités après mon inscription en ligne, sous prétexte que  »en raison de la fluctuation constante des vols à destination et en provenance de l’étranger en raison des conditions de santé actuelles, votre demande n’a pas été approuvée’’.

C’est inadmissible mon état de santé risque de se détériorer dans les prochains mois, si je ne suis pas traité en urgence», explique pour sa part Rabah, un homme qui risque de perdre la vie à cause de la bureaucratie algérienne.

«Je me suis déplacé au ministère de l’Intérieur, mais on m’a dit que les autorisations de sortie ont été suspendues, suite à une décision provenant des hautes autorités. Ce n’est pas normal du tout. Le Président s’est déplacé pour soigner sa maladie de Covid à l’étranger. Et c’est lui qui dit que la loi est au dessus de tous. Nous aussi nous voulons nous soigner à l’étranger, mais avec notre propre argent», lance-t-il.

Nous avons tenté de contacter le ministère de l’Intérieur pour avoir une réponse à cette problématique, en vain. Personne ne répond au seul numéro de téléphone fixe disponible sur le site du département de Kamel Beldjoud.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!