Il affirme que c’est un impératif de la stratégie de prévention : Djerad prône le port du masque «grand public» | El Watan
toggle menu
mardi, 30 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Il affirme que c’est un impératif de la stratégie de prévention : Djerad prône le port du masque «grand public»

13 mai 2020 à 10 h 10 min

Accompagné de trois ministres (de la Santé, de la Culture et de l’Industrie), Abdelaziz Djerad s’est rendu aux deux grands hôpitaux d’Oran, le CHU et l’EHU, pour s’enquérir de la situation qui prévaut à Oran en matière de lutte contre la Covid-19.

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a annoncé, hier, alors qu’il était en visite de travail à Oran, que le semi-confinement auquel est soumis la population à cause de la propagation de l’épidémie de coronavirus, qui devait prendre fin ce 14 mai, sera au final prolongé de 15 jours supplémentaires, c’est-à-dire jusqu’au 30 mai.

Accompagné de trois ministres (de la Santé, de la Culture et de l’Industrie et des Mines), Abdelaziz Djerad s’est rendu aux deux grands hôpitaux d’Oran, en l’occurrence le CHU et l’EHU, pour s’enquérir de la situation qui prévaut à Oran en matière de lutte contre la Covid-19.

«On a commencé la mobilisation dès le premier cas, a-t-il affirmé en prenant la parole. Il s’agissait d’un ressortissant italien qui devait se rendre pour affaire à Hassi Messaoud. Dès lors, on a commencé à prendre les dispositions administratives, sanitaires, politiques et économiques nécessaires pour gérer la lutter contre cette épidémie.» Il a précisé : «Nous devons apprendre de nos expériences et de nos crises.

Si on veut mener à bien la réforme sanitaire, éducative et économique d’une manière générale, il faut miser sur les ressources humaines et ce qui en découle comme compétences nationales, qu’elles soient à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.» En se référant aux pays développés, il a affirmé que leur ascension n’était pas seulement due à l’aisance financière et matérielle, mais à la qualité de l’éducation et une politique sanitaire de haut niveau.

Le ministre de la Santé, pour sa part, est revenu sur la prise en charge des malades traités à l’hydroxichloroquine, qui a donné «d’excellents résultats». «Je vous rappelle la frayeur que nous avons eue lorsque nous avons vu les images de l’Italie et de l’Europe, avec les services de réanimation quasi-saturés, des milliers de malades dans ces services et l’extrême taux de mortalité. Grâce à notre système de santé, malgré le dysfonctionnement qui est réel et que nous constatons, qui a montré un essoufflement dû à plusieurs raisons que vous connaissez, nous avons réussi à échapper au scénario italien.» Il reviendra aussi sur l’augmentation du nombre de nouveaux cas journaliers, testés positifs à la Covid-19.

«Nous avons atteint des chiffres qui pourraient inquiéter puisque le nombre de sujets positifs a augmenté, mais vous savez qu’il est en relation avec le nombre de sites de diagnostiques, puisque des antennes de l’Institut Pasteur ont ouvert à Oran, Constantine, Ouargla, etc. Maintenant, il y a plus de 20 sites de prélèvements à travers le pays. Plus il y a de sites, plus il y a des prélèvements, et le nombre reste toujours satisfaisant», dira-t-il.

Par contre, ce qui est important, selon lui, c’est le nombre de décès qui est journellement inférieur à 10. «Je pense que le chiffre qui nous rassure le plus, c’est que nous ayons moins de 20 personnes en réanimation.» Il dira enfin : «Grâce aux efforts de l’ensemble du personnel de santé, nous sommes dans une situation qui est plus ou moins maîtrisée. Nous avons espoir que dans peu de temps, nous allons réussir à endiguer cette épidémie.» Il y a cependant un bémol, déplore-t-il : «Nous devons rester prudents parce que c’est un virus dont nous ne connaissons rien, pas seulement nous, mais partout dans le monde.

Personne ne sait rien quant à son évolution, il peut muter, changer de costume, de forme.» Et d’exhorter, en guise de conclusion, la population à porter un masque coûte que coûte. «Le masque, c’est absolument fondamental. Si tout a été dit et répété en matière de physiopathologie, il y a une chose qui n’a pas changé, c’est la transmission aéroportée.»

D’où l’importance que toute la population porte le masque, selon lui. Il signale par ailleurs que l’Algérie a importé beaucoup de masques, qui lui ont coûté cher en devises. «Je préfère que ces devises soient destinées à d’autres priorités médicales qu’à acheter du tissu qui est difficile à trouver. Parce que nous le ramenons de Chine, et la Chine a aussi une programmation extrêmement dure, et il ne nous est pas facile d’avoir le nombre de masques que nous souhaitons.»

Aussi, selon lui, il serait tout aussi efficace de mettre des masques grand public, faits maison. «Je suis persuadé que si tout le monde portait un masque, ça irait beaucoup mieux. Je pense que nous devrions, au-delà des efforts que nous faisons dans les établissements, essayer chacun d’avoir ce discours, celui d’exhorter la population à fabriquer des masques chez elle. Il faut porter des masques faits simplement.

Une fiche a été élaborée avec l’aide du comité scientifique qui indique comment faire des masques. Un tissu tout simple, de préférence à petite maille, doublée, triplée, il peut être stérilisé à 60 degré pendant 30 minutes dans une eau bouillante, ou au fer à repasser. Si nous réussissons à sensibiliser la population et mettre en marche l’industrie du textile à la disposition de la confection des masques, à échelle nationale ou simplement au niveau des petits ateliers, je pense que tout le monde pourra se déplacer librement. La condition est le port du masque.»

– 7 millions de masques disponibles par semaine

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a annoncé hier à Oran, la fourniture de
7 millions de masques de protection par semaine afin de permettre aux citoyens de se prémunir contre le   coronavirus.  «L’Etat va fournir 7 millions de masques de protection par semaine », a-t-il   déclaré, soulignant que «ce moyen permet de se prémunir contre toute   infection éventuelle du coronavirus».

Le Premier ministre a exhorté, à l’occasion, l’ensemble des citoyens à   poursuivre le port du masque de protection jusqu’à la fin de cette crise sanitaire, pour «vaincre» le coronavirus. 

Abdelaziz Djerad estime, à ce sujet, que «c’est une affaire de responsabilité individuelle et collective » et qu’ «il appartenait à l’ensemble des citoyens de respecter les mesures préventives pour se protéger et protéger leurs familles».

 

– 176 nouveaux cas confirmés, 157 guéris et 8 décès

176 cas confirmés au coronavirus, 157 cas guéris et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie, portant le nombre des cas confirmés à 6067 et celui des décès à 515, a indiqué, hier à Alger, le porte-parole du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, Djamel Fourar, relevant que le nombre des patients guéris a atteint 2998, dont 157 lors des dernières 24 heures. APS


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!