Alger, 17e vendredi : hommage aux martyrs de 2001 et rejet total du pouvoir en place | El Watan
toggle menu
lundi, 24 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190624
  • Pub Alliance Assurance

Alger, 17e vendredi : hommage aux martyrs de 2001 et rejet total du pouvoir en place

14 juin 2019 à 17 h 25 min

Les arrestations, opérées parmi les hauts responsables et les hommes d’affaires de l’ère Bouteflika, n’ont pas suffi à calmer la rue. Le 17e vendredi de la révolution pacifique pour le changement du système a été intense, riche et lucide.

14h00. Une foule nombreuse, venue du quartier Belouizdad, envahit la place 1er mai où ils étaient rassemblés des dizaines de manifestants avec des drapeaux, algérien, amazigh et même soudanais. Le lieu, 18 ans après la marche historique du 14 juin 2001, a arboré aujourd’hui des habits colorés et joyeux. Les manifestants scandaient « Ce peuple ne veut pas un retour au gouvernement des militaires », « mazal (il manque encore) Khaled Nezzar » et « Ouyahia est l’ennemi de Dieu ».

14h30. La rue Didouche, Place Audin et les alentours de la grande poste étaient submergés par une marée humaine munie de drapeaux et de slogans des plus variés. Les foules chantaient « Kabylie chouhada ( en référence aux victimes du printemps noir) et « Ulac smah ( pas de prdon). Les slogans hostiles au chef de l’état-major de l’armée n’étaient pas en reste: « Gaid Salah dégage ! », « la main dans la main on chassera le gang ainsi que Gaid Salah » et « Etat civil, non militaire ».

Sur les banderoles et les pancartes hissées par les marcheurs, ont pouvait lire : « 2001, on nous a séparés. 2019, unis, on va les briser », « pas de dialogue, pas concessions. La solution c’est la transition », « un peuple en or, comment voulez-vous qu’il soit gouverné par de vieilles poupée en bois ? »

Certains manifestants ont dit « Merci à la grande armée qui a mis Ouyahia en prison » alors que d’autres ont demandé à la justice de juger le président déchu Abdelaziz Bouteflika : « Jibouh f  charita (ramenez-le en fauteuil roulant) ».

En somme, à Alger, la marche du 17 vendredi a réitéré la revendication populaire portant départ de tous les symboles du régime, revendication exprimée à travers le slogans « Yetna7aw ga3 » chanté et rechanté par la foule géante.

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!