Régions Sud Ouargla
 

Qui sont les acteurs du groupe Hope ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	Les enfants ont eu droit à une multitude d’activités ludiques 
 
	Les mets traditionnels  qui ornent la table ouraglie ont été exposés
Les enfants ont eu droit à une multitude d’activités...


Mohamed Amine Ould El Hadj : Master fondamental et facilitateur en team building, formateur en management du digital content et chef du projet Google Développement Group GDG de Ouargla

«Get your phone and make Ouargla famous on the MAP’s», tel est l’objectif de Mohamed Amine qui vient de lancer le groupe de développement du contenu numérique de Ouargla sur Google, un projet social solidaire visant la promotion médiatique de la wilaya. Ce groupe ambitionne en fait de parachever le travail colossal lancé par Houssam Cheikha, un jeune designer de Touggourt qui a entrepris voilà quelques années de rajouter des destinations de la wilaya de Ouargla en vue d’en améliorer la visibilité sur Google. «Associés à ce projet, nous avons visité tous les sites touristiques et archéologiques de la wilaya et rajouté des pins sur Google MAP avec une géolocalisation exacte de l’endroit et des photos», raconte Amine. 800 localisations avec chacune trois ou quatre photos et le tour est joué.

«Houssam est un local guide qui a atteint 1 milliard de vues à ce jour et se positionne au 48e niveau de l’échelle des local guide Google. Il a fait un prodigieux travail avec une équipe de cinq photographes, deux vidéographes et trois chauffeurs qui ont sillonné la wilaya durant trois étés. Il a fait le gros du travail et a préparé le terrain pour les autres en créant une petite communauté qui a fait du chemin depuis et je suis fier d’avoir participé à ce travail, d’autant plus que les volontaires sont des amis de Houssam venus spécialement des Etats-Unis pour l’aider à concrétiser ce projet, ajoute Amine. Je précise que c’est un designer installé à la Silicon Valley depuis 7 ans et qu’il voulait faire la promotion de sa wilaya au niveau international.

L’application permet aussi de créer des événements et d’en faire la promotion avec un calendrier précis interactif une semaine à l’avance et jusqu’à sa fin. Après la fin de l’événement, l’historique retient la date et les détails et permet de constituer une base de données intéressante sur l’agenda culturel et économique de la wilaya», explique le coach à l’assistance.

L’utilisation de la signature numérique permet ensuite de gagner des points et de la notoriété, et avec un copyright on peut vendre des photos de bonne qualité selon l’orateur. Google Map est très pratique avec son mobile driving et peut aider à améliorer le contenu numérique d’une région à l’aide d’un simple smartphone.

Ce ne sont donc pas des professionnels qui constituent le réseau mais des gens ordinaires qui participent à ajouter du contenu, notamment des photos de lieux, leur géolocalisation via une application gratuite et qui a besoin d’une connexion internet. On peut aussi rajouter des visuels sur un contenu préexistant avec des photos plus attractives et de meilleure qualité. L’Algérie compte deux millions de guides locaux et 58 000 super guides. Pour Amine Ould El Hadj, il suffit de partager du contenu pour monter en grade et promouvoir des destinations qui peuvent aider le visiteur et rajouter du contenu même hors connexion. Le leader du projet GDG ambitionne de faire vivre un Ouargla beau et attractif dans le monde virtuel pour ramener des visiteurs et montrer à tout un chacun qu’il est facile d’user des moyens technologiques basiques pour créer du contenu utile et devenir acteur de la promotion de Ouargla.
 

Fatma Bendaoud : Master en gestion des entreprises et chef du projet Tamekliwtena du tourisme solidaire de Ouargla

Regrouper le maximum d’acteurs volontaires pour lancer une initiative de soutien et d’accompagnement des ksouriens dans le développement d’une activité touristique solidaire et équitable. Un objectif qui a accompagné des générations de militants du patrimoine de Ouargla, mais dont la concrétisation n’a jamais pu être enclenchée avant l’avènement du groupe de jeunes ksouriens Hope. Fatma estime que chaque citoyen a la possibilité de participer à rendre sa ville plus attractive et accueillante. Pour le moment, l’idée est de former des volontaires à même d’accompagner et de soutenir un projet qui ne vise pas le tourisme de masse mais la préparation du ksar à accueillir des visiteurs chez les habitants qui auront adhéré à la démarche de restauration des habitations avec les produits d’origine grâce au four à chaux lancé par l’association du ksar et qui vise la production de matériaux de construction traditionnels locaux.

L’objectif est la création d’un circuit touristique propre au ksar avec des guides connaissant les moindres détails de la vie ksourienne, d’où la multiplication des interventions ciblées durant le camp organisé du 1er au 6 août et qui a vu défiler des communicants sur l’histoire du ksar, son patrimoine matériel et immatériel, ses perspectives de préservation et de développement, etc. «Avec des exemples concrets, des produits réels, des plats locaux tous les jours et des outils technologiques accessibles, nous avons démontré qu’il était très possible de parler de Ouargla sous différentes facettes, de s’habiller ouargli, raconter ouargli, manger ouargli et promouvoir la destination Ouargla avec des moyens très abordables dans le cadre du tourisme solidaire et équitable dont les revenus iront directement aux habitants et à l’économie locale, explique Fatma.

Nous espérons ancrer cette idée dans les esprits et permettre aux Ksouriens de retrouver une fierté et une appartenance territoriale à même de les inciter à rester dans le ksar et préserver sa culture et envisager leur avenir dans ses murs avec une activité économique lucrative.» Ainsi, Ouargla qui compte des sites historiques très réputés tel que le ksar, les vestiges de Sedrata, les différents lieux de culte, le musée saharien sans parler des sites naturels dont une dizaines de lacs et zones humides qui ont fait l’objet d’une présentation spécifique d’un cadre de la direction du tourisme fera l’objet d’une promotion numérique via le Net. «Nous sommes convaincus de cette démarche, d’autant plus que l’appel lancé via les réseaux sociaux a eu beaucoup d’échos, d’où la formation d’une quarantaine de futurs acteurs du tourisme solidaire qui commencent comme nous tous une belle aventure faite d’échanges et de découvertes» conclut Fatma.
 

Benahmed Ayoub : Coach en management de qualité et infographe designer

Assurer un packaging de qualité pour Ouargla. L’idée d’Ayoub est d’offrir une belle image sur différents supports pour promouvoir la visibilité de la destination. C’est un Ksourien venu de Batna et adopté par Hope Group vu ses prouesses en infographie. Ayant contribué au projet par la réalisation des supports publicitaires et marketing, notamment des bouclettes pour les sponsors du projet communautaire, il a été séduit par l’idée de découvrir le ksar de Ouargla en plein mois d’août puisqu’il y a séjourné tout au long des préparatifs des différents événements clôturés par le festival culturel destiné aux familles. «Contribuer à un projet solidaire correspond parfaitement à ma personnalité et mon éducation parce que je suis issu d’une famille où les valeurs d’entraide, de faire le bien et de donner de son temps aux autres gratuitement sont ancrées, confie Ayoub.

J’ai fait de mon mieux pour réaliser les produits demandés par Fatma Bendaoud et animé un atelier sur la prise de décision multicritère appliquée dans le domaine touristique afin de permettre aux futurs acteurs de comprendre l’importance de la construction du concept Ouargla en tant que destination touristique en conciliant la notion géographique et ses composantes et celle du marketing, soit la manière dont ce territoire va être commercialisé.

Les atouts sont immenses et la réflexion doit impérativement inclure les services offerts par les différents supports du tourisme, à savoir les transports, l’hôtellerie et la restauration tout en faisant la promotion des éléments attractifs du territoire, entre autres les monuments historiques, les sites archéologiques et naturels, les endroits insolites etc.… Dans mon approche, j’ai parlé du choix des spécialités et des moyens de prise de décision conciliant le vœu personnel de tout un chacun et les possibilités offertes par l’économie locale. Le tourisme solidaire peut être un excellent créneau, pour peu qu’une stratégie de valorisation et de promotion soit mise en œuvre et tel est le cas aujourd’hui à Ouargla où des initiatives solidaires peuvent constituer une alternative intéressante», indiquera encore Ayoub.
 

Safa Baameur : 3e licence d’anglais, responsable des ressources humaines au sein du Hope Group

Chasseur de têtes, à la recherche de porteurs d’idées, de nouveaux volontaires, de coachs à même d’améliorer les connaissances et les capacités des adhérents du Hope Group, Safa assure la coordination et entend accompagner le projet jusqu’à son aboutissement. «Je rêve de voir le ksar s’épanouir et s’ouvrir sur le tourisme international car les valeurs des habitants feront le bonheur des visiteurs qui veulent aujourd’hui découvrir des destinations à l’aide de personnes du cru, dit-elle. Le contact humain chaleureux, la convivialité offerte permettront à l’autre de connaître de nouveaux horizons non pas dans une chambre d’hôtel de luxe mais à travers les gens qui y habitent. C’est une belle façon de faire connaître les us et coutumes de la région et de permettre aux habitants d’en vivre sans complexe en utilisant leurs moyens habituels tout en préservant un patrimoine millénaire.

C’est en même temps une expérience humaine intéressante pour ceux qui viendront. Nous interpellons l’ensemble des acteurs : les autorités et la société civile pour leur dire qu’il n’est plus établi que la saison estivale soit une période morte à cause des températures. L’été nous offre l’opportunité d’avoir une jeunesse volontaire et disponible dotée d’un esprit d’initiative et très inventive. Elle veut consacrer du temps à la communauté. Malgré les obstacles et la sape, nous avons apporté la preuve qu’on pouvait organiser des choses intéressantes même en pleine saison de canicule et offrir du bonheur et le sourire à ceux qui restent ici. Les résultats ont dépassé nos espérances tant la présence de nos concitoyens était forte. Ils sont avides de sorties, de contacts et ils savent à présent qu’ils peuvent compter sur nous», ajoutera Safa.
 

Houria Alioua
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...