Régions Sud Ouargla
 

En prévision des vacances d’été

Ouargla dotée de 11 piscines de proximité selon le DJS

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.05.17 | 12h00 Réagissez

 
	Boubakeur Chethouna DJS de Ouargla
Boubakeur Chethouna DJS de Ouargla

A  en croire les affirmations du directeur de la jeunesse et des sports, ce mercredi, tous les enfants de Ouargla pourront profiter d’une baignade fraîche en mode quotidien, de jour comme de nuit, à travers onze structures de proximité tout à fait prêtes à les accueillir pour plonger leurs têtes chaudes à l’affût d’une fraîcheur bienfaisante en ce début d’été.

L’été 2017 sera donc celui de Ouargla, et de Touggourt, deux wilayas dont les enfants profiteraient pleinement d’une eau abondante dont ils entendent parler sans la connaître vraiment faute de lieux de baignade publique et pour la première fois de son histoire. Lors d’une conférence de presse qui a regroupé les cadres de son secteur au niveau de la wilaya de Ouargla et celle déléguée de Touggourt, le directeur de la jeunesse est des sports a mis l’accent sur les efforts déployés pour l’amélioration des infrastructures sportives de proximité à même  d’accueillir le flux d’enfants et de jeunes en vacances des la semaine prochaine.

Ainsi, interpellé sur la disponibilité des bassins de natation et de piscines, qui sont au demeurant les lieux de prédilection de la jeune population durant la période estivale compte tenu de la hausse du mercure, Boubakeur Chethouna a annoncé neuf bassins de natation de proximité opérationnels à travers les deux wilayas de Ouargla et Touggourt ainsi que deux piscines semi olympiques de 25 mètres. « Ces projets réceptionnés par le secteur de la Jeunesse et des Sports permettront d’encadrer les jeunes » affirme Chethouna qui annonce également « la création d’activités récréatives et péda-gogiques d’accompagnement dans les différentes structures de natation et un fonctionnement étudié pour la saison estivale quasiment en H24 » selon le DJS.

Abondant à propos des nouvelles struc-tures qu’il qualifie d’importantes et totalement vouées à accompagner les vacances scolaires d’été telle que la nouvelle maison de jeunes de la commune d’El Borma et les 9 piscines situées  dans les commune de Ouargla, Sidi Khouiled, N’goussa, El Hadjira, Témacine, Taibet et Touggourt le DJS a indiqué que les activités sportives traditionnelles de l’été se poursuivront cette année avec des tournois inter quartiers dans les différentes disciplines en concomitance avec le programme spécial Ramadan voué aux concours de récitation du saint coran et des chants sacrés qui se dérouleront à partir du 5e jour du ramadan selon Boubekeur Chethouna qui annonce aussi la réception effective des projets de pose de pelouse synthétique pour cinq stades de proximité, implantés dans les quar-tiers de Mekhadma à Ouargla, El Mostakbel à Touggourt ainsi que les communes de Taibet, Zaouïa El Abidia et Meggarine.  Le DJS a également annoncé l’organisation de camps de vacances dans dix wilayas du littoral pour un nombre prévu de 2500 enfants sur le budget de la wilaya et un nombre similaire dans le cadre des différents autres quotas.

Sonatrach n’a construit aucune piscine à Hassi Messaoud

Mais les belles réalisations apportant une note positive à l’été 2017 ne sont sans relever l’amertume d’importantes franges juvéniles qui ont exprimé leur courroux ces derniers jours. La colère a en effet une fois de plus grondé dans les quartiers populaires de la ville du pétrole à l’affût de struc-tures sportives pour les enfants. Car le bémol dans ces annonces pompeuses est que deux com-munes et pas les moindres, à savoir Hassi Messaoud et El Borma, les deux daïras pétrolières de la wilaya de Ouargla, viennent à peine de se voir inscrire et lancer en réalisation des projets de pis-cines.

En 2017, aucune piscine à El Borma et encore mois à Hassi Messaoud, les communes les plus riches sur le plan budgétaires et les moins loties en matière de développement dont les indica-teurs restent tout à fait alentours dans cette région du pays et pas faute de moyens financiers puisque la seule commune de Hassi Messaoud a alloué quelque 50 milliards de centimes au secteur de la jeunesse et des sports comptant une trentaine d’associations sportives qui n’arrivent pas à structurer les énergies juvéniles ni les jeunes talent sportifs qui y sommeillent.

Ils se sont donc ré-veillés il y a dix jours au quartier Bouamama dit El Haicha pour réclamer une piscine et des aires de jeux que personne ne veut leur donner depuis l’indépendance.  Brûlant des pneus et coupant la route durent une bonne partie de la journée, des enfants en furie ont tout simplement réclamé un lieu baignade durant l’été. dument relevé par la population et de l’aveu même du directeur du secteur, cette zone pétrolier ne compte aucune piscine ni bassin de natation hormis celles affiliées à Sona-trach et ses filiales et qui ne sont pas ouvertes au commun de la population puisqu’elles ne profitent qu’aux enfants du secteur.
 

Des piscines enfin, dans la majorité des communes

C’est dans le sillage du lancement en réalisation de quelque 400 piscines à travers le territoire natio-nal dont une bonne partie dans l’Algérie profonde et celle du sud notamment que la wilaya de Ouargla récolte le fruit du plan quinquennal 2010/2014 qui alloué quelque 1130 milliards de dinars au secteur de la jeunesse et des sports en budget d´équipement. Une manne qui ne risque pas de se reproduire dans l’immédiat et qui a profité à plusieurs communes enclavées.

La direction de la jeu-nesse et des sports de Ouargla répond ainsi à une préoccupation majeure qui a traversé les années à propos de l’insuffisance voire de l’absence de piscines dans une région saharienne ou il fait chaud quasiment la moitié de l’année. La réponse n’a jamais été directe de la part des directeurs successifs du secteur ni des walis d’ailleurs. On n’aura jamais su s’il s’agit d’omission de proposer des pro-jets ou tout simplement de manque d’intérêt à la chose avec l’implantation à tout va de stades de proximité ç travers les quartiers au moment ou la population, elle, demandait des piscines, chose tout à fait normale dans une zone saharienne.  L’administration a longtemps annoncé des projets en cours d’étude, de réalisation ou de lancement auxquels personnes ne croyait trop. L’incident de la nouvelle piscine semi olympique du complexe sportif attenant à l’université Kasdi Merbah il y a quelques années avait fini par persuader plus d’un de l’impossibilité d’un essor de la natation dans cette wilaya avant qu’un groupe de jeunes ne décide de donner la parade en créant un club de plon-gée au sein même de la piscine semi olympique de Ouargla profitant de l’ouverture proposée par un ministre de passage.  

 

Houria Alioua
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie