Régions Sud Ouargla
 

L’APW de Ouargla tient sa première session ordinaire

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.12.17 | 19h12 Réagissez

Installée la semaine dernière, après des tractations politiques précoces,  l’APW de Ouargla a tenu ce dimanche sa session plénière inaugurale dédiée au règlement intérieur de l'APW, la désignation des vice-présidents et la constitution des commissions de l'APW. 

Dans son allocution d’ouverture, Mustapha Zaatout, entrepreneur en BTPH et tête de liste FLN à l’APW de Ouargla élu à l’unanimité pour le quinquennat 2017-2022 en remplacement de Yazid Benkrima président sortant issu du parti El Karama a souligné sa détermination à œuvrer au bien-être de tous les Ouarglis en collaboration étroite avec l’exécutif de la wilaya.

Abdelkader Djellaoui, wali de Ouargla a pour sa part inscrit son allocution dans la continuité des programmes lancés ou en cours de lancement. C’est donc avec soulagement que la reprise du cours normal des institutions chargées du développement de la wilaya de Ouargla s’est effectuée à l’issue de l’installation des 21 communes de la wilaya et son APW après la vague de protestation citoyenne qui a secoué le chef-lieu de Ouargla et le mécontentement de plusieurs formations politiques au lendemain de la proclamation des résultats provisoires des élections locales suivies de cinq jours d’attente des décisions du tribunal administratif qui a débouté tous les plaignants à savoir HMS, Fajr Jadid et le PNSD, le dernier à avoir rendu les armes au moment ou tous les autres partis résignés s’étaient lancés dans les tractations politiques ayant abouti au plébiscite sans vote de Mustapha Zaatout du FLN comme président de l’APW qui signe le retour du FLN après une décennie d’absence. 

Ces tractations ont permis au HMS d’accéder à la commission des finances de l’APW et d’éjecter le RND qui n’a pas pu obtenir grand-chose malgré ses 7 sièges obtenus lors du scrutin du fait de la défaillance de deux membres fraichement élus qui se sont ligués contre leur propre parti au profit du FLN. Non contents de cette situation et dénonçant ce qu’ils qualifient d’hégémonie du responsable local du parti qui aurait déplacé le bureau à Touggourt et marginalisé ses membres les plus actifs au chef-lieu de wilaya, ces derniers ont organisé samedi un sit-in interpellant Ahmed Ouyahia. Avec cette configuration, le parti au pouvoir reprend possession de cet organe élu tandis que les autres partis se relocalisent dans l’assemblée en alliance avec le FLN alors que le RND, parti de l’actuel Premier ministre recule tant en nombre de sièges qu’en manœuvres politiques et semble quasiment réduit à une simple figuration. 

A l’APC de Ouargla, retour au calme. Les élus du PNSD qui avaient dénoncé une fraude massive au profit du FLN, se sont présentés à l’installation de Boubakeur Azzi, désormais nouveau maire FLN de Ouargla. Un jeune homme de 25 ans, au profil atypique imposé par Adam Goubbi et Imad Djaafri ex-sénateur et député au sein du FLN qui reprend ses marques dans le quasi totalité des communes hormis Meggarine ou les islamistes ont gardé la mainmise tout en enregistrant un déclin notoire dans leur propre bastion du Grand Touggourt. A Hassi Messaoud, Taj, le parti d’Ammar Ghoul fait son entrée en permettant à Yacine Bensaci un second mandat qu’il voulait tant et que le FLN, son propre parti lui a refusé.

Reste les candidats de la rue qui ont cru en cette aventure via des partis qui s’amenuisent comme le MEN et le FNA qui disparaissent de la scène politique locale ouverte désormais au FLN, HMS, Fajr Jadid et RND à degré moindre. Ces activistes du mouvement des chômeurs et anti-gaz de schiste ont essuyé un revers qu’ils assument pleinement comme faute tactique pour une première expérience. A Ouargla, avec cette première session de l’APW, les contestataires retournent qui au monde virtuel, qui à la formation active à l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme.

La hantise d’un embrasement ont motivé un appel à l’apaisement lancé par 65 associations de la société civile et 8 zaouïas de la wilaya de Ouargla qui ont appelé tous les mécontents à rentrer chez eux, se soumettre au résultat des urnes et à la décision de la justice non sans avoir exprimé un soutien à l’administration via un communiqué adressé aux plus hautes instances du pays saluant « des élections qui se sont déroulées dans des conditions exemplaires ». 

Houria Alioua
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie