Régions Ouest Tlemcen
 

Tlemcen : Le quartier d’El Koudia croule sous les décombres

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 12.11.17 | 12h00 Réagissez

 
	Plein zoom sur El Koudia, un quartier qui s’apparente à un immense bidonville tant il a été délaissé pendant de nombreuses années par les pouvoirs publics.
Plein zoom sur El Koudia, un quartier qui s’apparente à un...

Le quartier populaire d’El Koudia a fait l’objet, jeudi passé, d’une importante visite du wali et des autorités locales. Cette visite a été programmée en réponse à une demande formulée par un groupe d’habitants.

A travers cette visite, le wali a découvert un autre visage de la ville de Tlemcen : celui de la marginalisation et de la précarité. En effet, derrière le luxe des quartiers chics, la ville de Sidi Boumediene dissimule une terrible précarité. Le quartier d’El Koudia, situé à l’entrée nord de la ville, en est la parfaite illustration.

Ce quartier de près de 18 000 habitants est visiblement victime d’une grande disparité en matière de développement local. Apparemment, la manne financière dont a bénéficié la wilaya de Tlemcen depuis 1999, estimée à 420 milliards de dinars, n’a pas profité à la population d’El Koudia. A première vue, le quartier est un vaste réceptacle de décombres. Au bord de la route principale qui le traverse, s’amoncellent des détritus de tous genres. Au milieu du quartier, des dizaines d’engins hors d’usage sont parqués dans un terrain vague. «Tous les jours, des camions viennent de partout déverser leurs détritus comme si El Koudia était une décharge à ciel ouvert», dénonce un habitant. Au fur et à mesure que l’on s’engouffre dans le quartier, l’on s’aperçoit qu’El Koudia souffre à la fois de la densité, du manque d’infrastructures de jeunesse notamment, et offre, surtout, une image terriblement négative.

«A El Koudia, il y a aussi des hommes et des femmes humains et agréables et surtout des enfants. Ils veulent juste leur part du développement, ils sont en droit et ils veulent le montrer pacifiquement», dit un habitant en aparté avant de souligner: «Ils revendiquent le strict minimum pour vivre décemment.» Les insuffisances dans ce quartier sont nombreuses. En matière de santé, le quartier dispose d’une minuscule salle de soins qui ne couvre pas les besoins sanitaires de la population. Le wali a remarqué cette défaillance et a promis la réalisation d’une polyclinique, mais en attendant, il a instruit le DSP de prendre en charge dans les plus brefs délais la réhabilitation de la structure sanitaire existante. Le wali a promis aussi de mettre les moyens nécessaires pour promouvoir le secteur de la jeunesse et des sports à travers la réhabilitation des structures existantes et la réalisation de nouvelles.

Cependant, la désolation a atteint son paroxysme lorsque le wali et sa délégation ont découvert, au bout du quartier, aux abords d’un oued, des habitations de fortune construites grossièrement en parpaing et en tôle ondulée, qui poussent un peu partout : l’autre visage d’El Koudia. Il ne s’agit pas d’un ghetto, mais ça en a tout l’air. Le commun des mortels ne peut expliquer cette dichotomie géographique. Le chef de l’exécutif, devant ce spectacle de désolation, a dévoilé que d’ici la fin mars 2018, plus de 13 000 logements sociaux seront distribués et les habitants d’El Koudia, ceux qui ouvrent droit à un logement social, seront pris en charge. Il a promis, à la fin, de revenir la semaine prochaine pour voir si ses instructions ont été exécutées, notamment celles relatives au nettoiement du quartier.
 

O. El Bachir
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...