Régions Ouest Tlemcen
 

Tlemcen

Souk El Kaïssaria attire le chaland

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.08.17 | 12h00 Réagissez

Ce marché connaît une grande affluence de visiteurs, venus des quatre coins du pays passer les vacances d’été, et d’habitants de la ville pour faire leurs emplettes quotidiennes. 

Souk El Kaïssaria se distingue par ses échoppes et commerces exigus, chichement achalandés en plusieurs produits de tissage et étoffes à la couture tlemcénienne, bijoux, tapis et autres produits d’artisanat, gâteaux, confiseries et arachides.

Ils sont aussi nombreux les visiteurs qui font l’éloge de cet ancien souk,   un lieu chargé d’histoire alliant authenticité et modernité, avec un    important legs du passé, nonobstant les profusions de commerces en tous genres.

On trouve de tout à Souk El Kaïssaria, le client peut y acheter tout ce dont il a besoin. Si les bas prix font la réputation de cet espace commercial, le bon accueil des commerçants réservé aux clients concourt aussi à cette affluence. Implanté sur une étendue de près de 6 hectares au cœur de la ville de Tlemcen, ce souk se situe à proximité de la Grande mosquée et du marché couvert, autour duquel gravite le musée qui contient une part non   négligeable des vestiges du riche patrimoine de cette région, dont une bonne partie remonte à l’époque des Zianides.

Il dispose d’une entrée principale qui s’ouvre sur la place publique de Tlemcen, appelée communément «El blass», ainsi que de portes «abwab» et de ruelles étroites et dédales appelés «derbs», incarnant la magnificence des lieux avec leur cachet historique et symbolique de la période des Zianides. La grande foule est alléchée par les prix proposés, particulièrement à Derb Sidi Hamed, un espace qui grouille de monde au quotidien, attiré par les étals achalandés de produits d’habillement pour femmes, hommes, enfants, chaussures et autres articles ménagers.

«Chedda tlemçania», classée patrimoine mondial par l’Unesco

Les visiteurs, qui jettent leur dévolu sur les habits traditionnels   tlemcéniens, peuvent apprécier la «Chedda tlemçania», classée patrimoine mondial par l’Unesco avec «El karakou», «El Djess», le calftan et la fameuse «Blouza». Les prix du karakou varient selon la qualité du tissu dont certains sont tissés au fil doré et argenté. Il existe «karakou el medjboud» et «karakou El fetla» ou El kantir, le tout accompagné du pantalon dit «saroual chalga»  ou encore «seroual medaouer».

Selon Abdelatif Bendimerad, propriétaire d’un commerce de vente   de tissus de Tlemcen, qui indique que les prix oscillent entre 40 000 et 90 000 DA pour ce qui est du karakou pour femmes, et entre 5000 et 12 000 DA, pour les copies réservées aux jeunes filles, ceux-ci étant des habits   jalousement portés lors des fêtes de mariage. Un grand engouement est également suscité dans ce souk pour le tissu pour salon traditionnel, ou encore les articles ménagers, les parfums, l’encens, les plantes médicinales, les arachides et les gâteaux traditionnels, notamment le cake tlemcénien qui fait le charme discret des plateaux de café à Tlemcen

Ce qui attire le visiteur aussi est la joaillerie, un métier dont s’enorgueillent les Tlemcéniens, développé en famille jusqu’alors, de père en fils. Au milieu d’une ambiance conviviale, reflet d’une vie recréée par les vendeurs, tout un art, celui d’achalander les étals, comme le fait remarquer Sidi Mohamed Cherif, un vendeur qui a grandi dans ce souk où son père vendait du tissu, qui ajoute que ce qui distingue El Kaïssaria des autres souks est surtout la sécurité.

«Là, les vendeurs vont à la Grande mosquée qui jouxte le souk pour effectuer leur prière, laissant leur commerce ouvert sans que personne  s’empare de leurs biens, ce qui crée une ambiance fraternelle», a-t-il affirmé. Les propriétaires sont tous issus de familles tlemcéniennes qui se connaissent, à tel point que chaque commerçant oriente le client vers le mieux indiqué, bien sûr en cas de non- disponibilité du produit demandé, a-t-on fait remarquer.
 

APS
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...