Régions Ouest Tlemcen
 

CHU de Tlemcen : Le chantier de réalisation d’un service des urgences à la traîne

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.07.17 | 12h00 Réagissez

Quand il a fallu construire un palais de la culture en prévision de l’événement ‘‘Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011’’, les autorités centrales et locales y veillaient de jour comme de nuit pour le livrer, avec tout le matériel hi-tech, avant le jour J. Mais, s’agissant des urgences médico-chirurgicales, les travaux traînent sans que cela offusquent les responsables».

C’est la réflexion du père d’un enfant en attente d’être ausculté avant une opération chirurgicale, jeudi dernier, aux urgences médico-chirurgicales. L’infrastructure qui reçoit des patients des 53 communes et des wilayas du Sud-Ouest est fortement dépassée. Le personnel médical et paramédical, en nombre réduit, sans qu’il soit responsable de cette situation, est malmené et livré à lui-même. «On ne peut donner que ce qu’on a, il y a au moins une centaine de malades, accompagnés de leurs proches qui sont agglutinés dans ces espaces étroits, à attendre. Cela crée des tensions».

La déclaration de ce médecin très sollicité, partagé entre ses auscultations et les réponses à donner aux questions et préoccupations des proches de patients, -dont certains incompréhensifs et agressifs-, est le constat que nous avons vécu lors de nos passages incessants ces trois derniers jours. Nul responsable ne peut ignorer cette situation dans le sens où les UMC sont très visibles de par le nombre de personnes qui s’y rendent. D’où la réflexion du père de l’enfant en attente d’être ausculté.

Tout le centre hospitalo-universitaire Damerdji Tidjani est «obsolète» puisqu’il existe depuis l’ère coloniale. L’espoir est né avec le début de réalisation de nouvelles UMC dans l’enceinte même du CHU, mais au vu du rythme avec lequel sont menés les travaux, il est clair que ce n’est pas demain que cette infrastructure verra le jour. Ce qui complique davantage la situation de la santé à Tlemcen, c’est l’annulation du nouvel hôpital, pourtant inscrit et l’enveloppe évaluée.

En attendant, une prise de conscience des autorités sur les priorités dans les projets, les patients, leurs proches et les différents personnels de la santé au CHU de Tlemcen se rejettent la balle en s’accusant mutuellement sur la prise en charge des malades alors que ni les uns ni les autres ne sont vraiment responsables de cette déliquescence. Les bureaucrates, les décideurs locaux et du centre de décision, à l’aise dans leurs bureaux, devraient rendre des comptes.             

Chahredine Berriah
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie