Régions Ouest Tiaret
 

SNVI de Tiaret : Conflit à l’UGTA

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 06.11.17 | 12h00 Réagissez

SNVI de Tiaret : Conflit à l’UGTA


Des dizaines de travailleurs du complexe SNVI d’Aïn Bouchekif ont tenu, jeudi dernier, un sit-in devant le siège de l’Union de wilaya sur la place rouge de Tiaret pour «dénoncer le parti-pris de l’union territoriale – UGTA qui voudrait réinvestir l’ex- secrétaire général de l’entreprise déchu», disent les protestataires dans un long communiqué dont nous avons reçu une copie.

Les protestataires qui organisaient ce rassemblement, aussi, en signe de «soutien à deux responsables syndicaux qui défendraient le mieux l’intérêt des travailleurs syndiqués», selon eux, souhaitent «l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire pour élire une section à même de faire barrage aux velléités de certains d’asseoir leur mainmise sur le complexe à travers le retour de l’ex- directeur démis de ses fonctions».

Cela intervient quelques jours après le sit-in observé par plus d’une centaine de travailleurs du même complexe mené par 7 cadres syndicaux devant la direction générale à Rouiba (Alger) et l’initiation d’une mission d’audit. «Le rassemblement de jeudi s’est achevé par un procès-verbal signé par le secrétaire général de l’union de wilaya et devant permettre la tenue d’une assemblée générale sous l’égide de l’union territoriale et la supervision de l’union de wilaya conformément aux statuts et au règlement intérieur du syndicat», est-il noté dans un des nombreux documents qui nous ont été transmis. Contacté pour en savoir plus sur ces profondes divergences qui ont divisé les travailleurs en deux blocs, M. Khaled Aisset, secrétaire de l’union territoriale déclare : «En dépit des missions de bons offices que nous ne cessons de déployer pour concilier les parties en conflit, nous continuons de nous inscrire dans la légalité en œuvrant à organiser une assemblée générale élective dès que les 2/3 des travailleurs syndiqués l’exigeront. Même l’inspection du travail a été tenue informée de cette crise organique. La direction générale qui a été par ailleurs destinataire d’un rapport exhaustif sur la situation au complexe ne s’est pas encore prononcée». La crise ne fait alors que perdurer dans une entité économique publique appelée à jouer un rôle moteur dans ce vœu, plusieurs fois affirmé des responsables et des élus, de faire de la région un grand pole mécanique.

 

Fawzi Amellal
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie