Régions Ouest Tiaret
 

Sougueur

Les cantines scolaires risquent de fermer suite au défaut de paiement des fournisseurs

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.10.17 | 12h00 Réagissez


Plus d’une cinquantaine de cantines scolaires implantées sur le territoire de la commune de Sougueur risquent de ne plus servir de repas aux centaines d’élèves dès lors que les principaux fournisseurs viennent d’adresser un préavis aux autorités communales et de daïra, les informant de leur décision de cesser toute fourniture de denrées alimentaires, fruits,  légumes et pain pour «non-satisfaction des situations financières en dépit des promesses qui leur ont été faites».

La lettre envoyée au chef de daïra de Sougueur avec copies au wali, au maire et aux différents responsables concernés est signée par trois gros fournisseurs.

Les protestataires qui nous ont envoyé une copie de cette lettre font savoir qu’«après avoir observé un délai pour la régularisation de nos factures restées impayées aux dates fixées malgré la lettre du 19 septembre dernier assortie d’un délai de 8 jours, nous sommes obligés de cesser tout ravitaillement à partir du 8 du mois courant jusqu’à satisfaction de nos revendications». Au-delà de la grogne et des conséquences probables sur le fonctionnement des cantines scolaires, le chef de l’exécutif, Abdeslam Bentouati, a tenu pourtant, à l’occasion de la 3e session de l’APW consacrée, entre autres, au bilan de la rentrée des classes «à rassurer élus et opinion publique locale sur la volonté de son administration à veiller à ce que le secteur bénéficie de toutes les bienveillances dont le bénéfice au profit d’élèves des 358 cantines scolaires relevant de 515 établissements primaires disséminés à travers la wilaya».

Certes, de gros efforts financiers ont été consentis, mais le problème relève d’autres cadres du secteur, «la gestion des cantines est dévolue aux assemblées communales sans textes de référence», ce qui a engendré dans la pratique quelques couacs en ce début d’année scolaire. Les présidents d’APC font office de président du conseil d’administration et butent souvent sur le chevauchement des missions quand il s’agit de confier, sinon de déléguer certains pouvoirs aux fonctionnaires. «Les responsables concernés devront rectifier le tir et le plus tôt possible», clament à l’unisson des acteurs-clefs du secteur éducatif.   

Fawzi Amellal
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...