Régions Ouest Oran
 

Baptisation des édifices publics

Une plaque commémorative de la famille Larribère enlevée

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 06.06.17 | 12h00 Réagissez

Voilà déjà 6 mois que les autorités locales ont procédé, en toute discrétion, à la débaptisation de la clinique Larribère, sise au front de mer, pour lui donner le nom d’un autre moudjahid. L’association Afepec crie au scandale et appelle la société civile à la mobilisation.


L’Afepec lance un appel à la société civile, l’invitant à la mobilisation pour que le nom des Larribère retrouve «naturellement et logiquement sa place dans cette ville qui les a vus naître et combattre pour notre liberté». En effet, voilà déjà 6 mois, les autorités locales ont procédé, en toute discrétion, à la débaptisation la clinique Larribère, sise au front de mer, pour lui donner le nom d’un autre moujahid,  Fréha Benfréha.

«Le moudjahed Fréha Benfréha mérite légitimement, comme tous les militants et les moudjahidine de notre indépendance une plaque à son nom, symbole de notre reconnaissance et de notre gratitude», explique l’Afepec, qui précise toutefois : «Sauf à admettre qu’une inacceptable hiérarchie des sacrifices ait été instaurée, le nom des Larribère, lié à ce lieu et ce quartier d’Oran comme le retient encore notre mémoire collective, s’impose».

L’association rappelle que Larribère est rien moins qu’une famille où père, fille et oncles ont pris fait et cause pour l’indépendance de l’Algérie. «Pendant que ses filles, Aline, Pauline, Suzanne et Lucette, étaient traquées ou emprisonnées par le pouvoir colonial pour leur engagement en faveur de l’indépendance, Jean-Marie Larribère, gynécologue et directeur de la clinique, militant progressiste, accouchait les Algériennes et soignait les Algériens», rappelle l’Afepec, qui précise qu’en représailles à leur engagement pour la cause nationale, sa clinique a été détruite dans un attentat de l’OAS en avril 1962, après des tracts menaçants.

Ce rappel à l’histoire, explique l’Afepec est important, car «les agents de l’oubli, de l’amnésie sont honteusement et lamentablement à l’œuvre au moment où nous nous apprêtons à rendre hommage à Lucette Larribère Hadj Ali, militante de l’indépendance nationale, de la justice sociale, de la liberté, de la démocratie et de l’égalité entre les femmes et les hommes». En effet, hier devait se tenir, au siège de l’Afepec, un hommage à Lucette Larribère, avec la projection du film Lucette Larribère Hadj Ali, itinéraire d’une militante algérienne, ainsi que des témoignages.

«A travers Lucette, compagne de nos luttes, nous honorons la famille Larribère, c’est pourquoi notre cérémonie, prévue le samedi 3 juin à midi, comportait la finalisation des démarches, déjà entamées, pour la pose devant la clinique d’une plaque commémorative au nom de Larribère». C’était sans compter sur la désillusion de constater que le nom de Larribère a été ni plus ni moins effacé et remplacé par celui d’un autre moudjahid. Les autorités locales, à Oran, ont-elles la reconnaissance sélective ?                             

El Kébir Akram
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie