Régions Ouest Oran
 

Rassemblement contre les violences faites aux femmes

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.11.17 | 12h00 Réagissez

Des dizaines de citoyens se sont rassemblés, hier matin, devant le Théâtre régional d’Oran à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes, coïncidant avec le 25 novembre.

Cette initiative citoyenne, appuyée par les associations féministes d’Oran, comme l’Afepec et FARD, a eu lieu sur les marches du théâtre Abdelkader Alloula, qui sont devenues, depuis quelques années, un lieu d’expression pour les droits et les libertés.

Des partis politiques de gauche, comme le FFS et le MDS, ont pris part à ce rassemblement qui a été organisé dans plusieurs autres villes du pays, comme à Béjaïa, d’où un appel national a été lancé d’ailleurs. Les manifestants portaient des rubans de couleurs violette et blanche, même si de par le monde la couleur retenue pour cette journée est l’orange, symbolisant un monde meilleur. Les jeunes présents au rassemblement brandissaient des pancartes avec des messages en «derja» et en français, tels que «Battre la femme est un crime», ou encore «Les hommes et les femmes sont égaux».

Selon le jeune Seddik, «cette journée internationale est une occasion pour rappeler qu’il reste encore beaucoup de choses à réaliser pour l’égalité, mais surtout pour l’élimination de toutes les formes de violences faites aux femmes». Et d’ajouter : «En Algérie, par exemple, et en plus d’un travail de conscientisation qui doit être mené, la législation doit suivre et beaucoup de choses restent à définir dans les textes de loi, comme le viol. Il faut aussi que l’Etat et les députés fassent ce qu’il faut pour lever toutes les réserves à la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la fameuse Cedaw, pour laquelle le président de la République a déjà lancé un appel à la société civile pour faire le nécessaire et se concerter».

Ce chercheur en philosophie politique à regretté également qu’«aucune activité officielle ne soit organisée par les autorités à cette occasion». Enfin, il y a lieu de rappeler que le 25 novembre est la date choisie par les Nations unies pour célébrer cette journée, dont l’origine remonte à 1960 lorsqu’en République dominicaine, les sœurs Mirabal furent assassinées parce qu’elles militaient pour leurs droits. Elles devinrent alors les symboles du combat des femmes, notamment pour l’éradication de la violence et pour l’égalité.                               

 

R. Benchikh
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie