Régions Ouest Oran
 

Oran : Hommage aux moudjahidate de la Wilaya V

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 01.11.17 | 12h00 Réagissez

Un vibrant hommage a été rendu, lundi, aux femmes combattantes encore de ce monde et à celles qui ont sacrifié leur vie pour l’indépendance de l’Algérie dans la Wilaya V historique. A cet effet, une rencontre a été organisée au forum El Djoumhouria autour du combat des femmes lors de la guerre de Libération nationale, mais aussi de leur militantisme dans le mouvement national.

Le sociologue et historien Sadek Benkada a commencé sa conférence en s’interrogeant sur la première femme militante pour la libération de l’Algérie du colonialisme français : «Nous avons mené notre recherche en consultant les archives ainsi que sur la base des témoignages. On s’est posé la question sur la première femme apparue sur la scène politique en tant que militante.

D’après notre enquête, c’est après la Deuxième Guerre mondiale et, surtout, suite aux événements du 8 Mai 1945, avec le mouvement national, que les Oranaises ont fait entendre leurs voix. Nous retrouvons donc une activiste qui s’appelle Guenfoud El Houaria, alias Nour El Houda, en 1946, dans le sillage de la section des femmes du Comité pour l’amnistie des détenus politiques musulmans.

Nous retrouverons également Fatma Mérani, qui a été élue aux élections municipales de 1945 à Saint-Cloud, Gdyel aujourd’hui, près d’Oran, sur une liste du PCA.» M. Benkada a énuméré toute une liste de militantes qu’on retrouve bien avant la guerre de libération. Il a rappelé le travail fabuleux de Kheira Bendaoud, qui a ramené 45 enfants de Sétif, Kherrata et Guelma, suite aux massacres, pour qu’ils soient pris en charge à Oran.

Le conférencier a également insisté sur les sacrifices des militantes dites «non musulmanes», comme les filles du docteur Larribère, ou encore Gimenez Gabrielle, dite «Gaby», élue au Conseil général d’Oran en 1945, militante des jeunes filles de France, puis de l’Union des femmes d’Algérie, mais, surtout, connue pour avoir passé sa vie dans les prisons, la clandestinité et les tortures.

Cette rencontre a permis aux moudjahidate présentes d’apporter d’émouvants témoignages, nous interpellant surtout sur l’urgence d’écrire notre histoire. En outre, le wali d’Oran, qui n’a pas pu assister au début de la rencontre, a finalement rejoint la conférence et s’est assis parmi les femmes combattantes et leurs familles après avoir dit quelques mots témoignant la reconnaissance de toutes les générations à ces héroïnes.          

R. Benchikh
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie