Régions Ouest Oran
 

Nouvelles d’Oran

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 08.10.17 | 12h00 Réagissez


Vie associative : L’association ASPTT interpelle le ministre du Travail

Les membres de l’association sportive des postes et  télécommunications (ASPTT) d’Oran ont lancé, hier, un appel pressant au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, suite à la décision initiée par l’administrateur provisoire d’installer un directeur à la tête du complexe sportif ex-Gallia et dont l’ASPTT est gestionnaire depuis 2003. «Cet administrateur a été désigné par le ministre du Travail pour préparer une assemblée générale de la mutuelle des PTT d’ Alger et non celle de l’ASPTT d’Oran», ont affirmé, hier, des membres de l’ASPTT. Ils précisent également que ce complexe est un patrimoine communal d’Oran et a été cédé en concession en 2003 pour une durée de 30 ans suite à une convention signée entre l’APC d’Oran et l’ASPTT. En demandant l’intervention du ministre pour mettre un terme à cette affaire d’ingérence, les concernés expliquent que ce complexe prend en charge des enfants de postiers et ceux des quartiers populaires dans plusieurs disciplines sportives, à l’exemple du tennis et du basket-ball.                               F. A.

Bousfer  : Les gendarmes libèrent une jeune fille kidnappée

Les éléments de la brigade de la gendarmerie de Bousfer ont réussi, avant-hier, sur la base d’une plainte déposée, à libérer une jeune fille de 23 ans enlevée le même jour par trois individus. En effet, la victime et son voisin à bord d’un véhicule devaient se rendre de Coralès vers Aïn El Turck lorsqu’ils ont été accostés par trois inconnus qui ont enlevé la jeune fille et pris la fuite. Quelques instants après, ils téléphonent au plaignant, lui demandant de verser une rançon en contrepartie de la libération de la jeune fille. Ils fixent comme lieu de rendez-vous Aïn El Turck. Une fois sur les lieux, les gendarmes ont réussi à libérer la victime et à arrêter l’un des auteurs, un individu âgé de 33 ans. Les investigations sont en cours.      F. A

 

Enorme gaspillage d’eau suite à une fuite : La SEOR neréagit pas !

Une fuite d’eau a été signalée, hier matin, à la rue des Pommiers, au quartier Plateau, à Oran, suite à l’éclatement d’une conduite. Un énorme gaspillage d’eau est généré par cette fuite. Les habitants ont appelé, dès la matinée d’hier, le numéro vert de la Seor (3002) pour signaler cette fuite. Au bout du fil, une opératrice a répondu qu’une équipe d’intervention se déplacera sur les lieux pour réparer cette fuite. Mais, au moment où nous mettons sous presse, aucune équipe ne s’est déplacée. L’eau continue ainsi de couler sur la voie publique située entre les boulevards Benzerdjeb et Zabana. Les habitants ont rappelé plusieurs fois le numéro vert mais en vain. Pour exposer ce cas, El Watan a tenté, hier, de joindre la chef du département communication de la Seor, mais cette dernière n’a pas répondu au téléphone. Décidément, la Seor n’assure pas le service d’urgence le week-end ! En attendant, l’eau est gaspillée.                R. O.

 

Trafic de psychotropes : Un gendarme mis en cause

Jugés et condamnés par le pôle judicaire d’Oran à 8 ans de prison ferme, 3 mis en cause, dont un gendarme, accusés de détention et transport de psychotropes, ont comparu cette fin de semaine devant la cour d’appel d’Oran. Le procureur a requis le maintien des premières ordonnances. En 2015, une voiture est arrêtée pour un contrôle sur l’autoroute Est-Ouest. Le chauffeur venait juste de sortir de Maghnia lorsqu’un barrage de la douane interceptera ce véhicule avec à son bord trois personnes, le chauffeur, B.R. qui s’avérera être gendarme, un passager, K.M. et une femme, qui se présentera comme la compagne du gendarme. La voiture est alors passée au peigne fin. Rien d’anormal n’est signalé. La fouille au corps des passagers est alors décidée et 600 comprimés de psychotropes de marque ecstasy «bleu» seront découverts sur le gendarme et le passager. Entendus, les deux mis en cause se confondront en contradictions. Quant à la jeune femme, elle niera avoir un lien avec ces faits. Les investigations remonteront jusqu’à un troisième mis en cause, H.A. dont le numéro a été trouvé sur le téléphone du gendarme. Ce dernier réfutera sa complicité. L’affaire a été mise en délibéré.

S. Moncef
 

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...