Régions Ouest Oran
 

Organisations estudiantines

Le MNEA organise sa première université d’été

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.08.17 | 12h00 Réagissez

Le Mouvement national des étudiants algériens (MNEA) a organisé sa première université d’été du 29 juillet au 4 août dernier à Oran, dans la résidence universitaire Zeddour Belkacem (C1-USTO).

Agréée depuis mars 2016, cette organisation estudiantine ambitionne d’unir tout le mouvement étudiant en opérant une rupture avec les autres organisations, «dont les pratiques font fuir l’étudiant de la vie politique et sociale», comme l’explique Kamel, un des jeunes organisateurs. Ces dernières années universitaires ont été marquées par plusieurs mouvements de protestations dits d’étudiants libres, c’est-à-dire indépendants des autres organisations, ce qui a été interprété comme un besoin d’un nouveau mouvement organisé.

D’ailleurs, le discours du MNEA, dont le secrétaire général n’est autre que l’ex ministre du Tourisme, Lyes Messaoud Benagoune, insiste sur l’autocritique et la nécessité de faire le bilan des actions des étudiants. Le SG du MNEA a également insisté sur le rôle participatif des étudiants et du monde universitaire à la vie politique et économique. Justement, la thématique de cette université d’été a porté sur «le rôle de l’université dans le développement économique et durable».

Plusieurs conférences ont été organisées à cette occasion, permettant aux étudiants de rencontrer des chercheurs universitaires avec une expérience syndicale estudiantine mais aussi en tant que travailleurs. Dans ce cadre, le Pr Berriah Mokhtar, du département de philosophie de l’université Oran2, a animé une conférence sur la lutte des étudiants à travers l’histoire.

Dans son intervention, il a souligné «l’importance que le MNEA se comporte comme un mouvement avec une démarche inclusive, en étant ouvert à tout le monde, tout en établissant des relations étroites avec les délégués pédagogiques, qu’ils soient adhérents au mouvement ou pas.»

De son coté, Hakim Bendaha, enseignant en sciences sociales, a estimé que l’élite universitaire peut jouer un rôle majeur dans la vie politique et sociale : «Ce sont de jeunes militants et étudiants qui font preuve d’un degré d’organisation digne du niveau de conscience nécessaire à tout mouvement. Ils abordent la question économique, la corruption et les aspirations de la société avec beaucoup de responsabilité», a-t-il dit.

R. Benchikh
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...