Régions Ouest Oran
 

Oran

La cité Akid Lotfi est sale !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.07.17 | 12h00 Réagissez

Les habitants d’Akid Lotfi, zone urbaine située à Oran-Est, ne cessent de dénoncer l’insalubrité dans laquelle sombre leur cité. «Nous interpellons le nouveau wali afin d’instruire les services concernés pour mettre fin à l’insalubrité générée notamment par l’activité des vendeurs informels», se plaignent les habitants de cette cité dans une pétition.

En face du portail d’accès au CEM Zech Tayeb est implanté un point de collecte des ordures. Les odeurs nauséabondes dégagées par le liquide malodorant (lixiviat) qui coule des camions-bennes de collecte des déchets, rendent l’air irrespirable.

A chaque passage des camions de collecte, une odeur insupportable se dégage de ce liquide toxique déversé sur les rues. «Nous interpelons le nouveau wali qui vient d’ordonner le lancement d’une campagne de nettoyage à travers la wilaya d’Oran, d’instruire les services concernés afin de régler ce problème d’insalubrité dans la cité Akid Lotfi», lance un des signataires de la pétition. «Des vendeurs informels de poissons, d’œufs et de fruits et légumes squattent la voie publique et créent un marché sauvage», se plaignent les habitants. Les résidents pointent du doigt ces vendeurs qui génèrent des bruits par les ventes à la criée, l’insalubrité, les mauvaises odeurs et les moustiques. «Nous ne sommes pas épargnés par le bruit. Nous subissons, impuissants, une terrible nuisance sonore et l’odeur nauséabonde du poisson pourri», se plaignent encore les habitants. Les marchands de fruits et légumes et les poissonniers clandestins continuent dans l’impunité totale à s’accaparer les trottoirs et la voie publique pour exposer leurs marchandises dans une anarchie indescriptible.

La voie publique est devenue un marché informel insalubre. Autre source de mécontentement : une vive protestation a été organisée, la semaine dernière, par les habitants de cette cité pour dénoncer «le détournement de sa vocation du projet de réalisation d’une annexe du conservatoire municipal de musique et sa substitution par un projet de construction d’un marché. Dans une pétition adressée aux autorités locales, les protestataires s’élèvent contre le détournement de sa vocation d’un projet culturel et son remplacement par celui d’un marché. De leur côté, les parents d’élèves du CEM Zech Tayeb s’opposent également à l’implantation de ce marché en face du portail d’accès à cet établissement scolaire. «Comment peut-on implanter un marché devant les salles de classe d’un établissement scolaire ? Nos enfants seront perturbés dans leur scolarité, c’est aberrant», proteste un parent d’élèves. Et ce dernier d’ajouter: «Le futur marché sera forcément source de bruit et d’insalubrité». Au départ, l’APC d’Oran avait opté pour un projet de piscine municipale avant qu’une entreprise ne commence les travaux de terrassement pour la construction d’une annexe du conservatoire municipal de musique Ahmed Wahbi. Mais les travaux de terrassement ont à peine été entamés que le projet a été abandonné. La semaine dernière, des engins ont commencé des travaux de terrassement et une pancarte a été érigée indiquant un projet de construction d’un marché et d’un parking. En signe de protestation, les habitants, dont des parents d’élèves, ont empêché les engins de poursuivre les travaux de terrassement pour la réalisation de ce marché à proximité immédiate du CEM Zech Tayeb. 

R. O.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...