Régions Ouest Oran
 

Deux sociétés pharmaceutiques impliquées dans un trafic de stupéfiants

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 20.01.18 | 12h00 Réagissez

Le tribunal criminel d’Oran a condamné, ce jeudi, 4 prévenus à 10 ans de réclusion et un cinquième à 15 années pour les griefs d’«association de malfaiteurs», «détournement de médicaments» et «détention et commercialisation de stupéfiants».

 Ces prévenus sont impliqués dans l’affaire de trafic de psychotropes, où deux sociétés pharmaceutiques sont mises en cause. Des sociétés qui ont été dissoutes depuis l’éclatement de cette affaire en 2008, lorsque des informations ont fait part d’un important réseau de trafic de psychotropes entre la ville frontalière de Maghnia et le Maroc, concernant des médicaments achetés par une société pharmaceutique et qui étaient détournés vers le Maroc.

Les investigations ont ainsi permis la saisie de plus de 503 000 comprimés de Rivotryl dans un hangar au quartier El-Azzouni, à Maghnia. Les premières investigations détermineront que ce hangar est utilisé par la société Maghni Pharm, gérée par un certain B.A. Deux personnes ont été arrêtées suite à l’enquête et leurs voitures saisies. Ces dernières, et selon les investigations, servaient au transport de ces comprimés, lesquels étaient empaquetés en colis et n’attendaient que leur transport.

De même qu’il a été déterminé que le dénommé B.A. gère cette société en association avec un certain B.F., depuis le 25 février 2007, tel que consigné dans l’acte notarié. Interrogé, l’un des mis en cause arrêté, B.M., dira qu’il est propriétaire de la société Pharma Center RSLA et qu’il a pour habitude de conclure des marchés avec la société citée plus haut.Toutefois, insistera-t-il, c’est son associé S.M. qui mène ces marchés, précisant que la boîte de Rivotryl est cédée à 3500 DA, alors que son prix réel ne dépasse pas les 207,44 DA. Lors des débats, on apprendra que les prévenus acquéraient les comprimés de Rivotryl par voie normale de la société Saidal, bénéficiant d’une certaine facilité pour avoir des quantités importantes. Détournés de leur fonction, ces médicaments étaient exportés vers le Maroc, après avoir été stockés à Maghnia. Le représentant du ministère public avait requis 20 ans de réclusion contre les mis en cause.
 

Moncef S.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...