Régions Ouest Oran
 

Vieux bâti

Deux familles lancent un cri de détresse

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.09.17 | 12h00 Réagissez


Du linge étendu sur une corde d’un mur extérieur faisant face à la rue Lalma (place Hoche). Ceci à défaut d’emplacement réservé à cet effet. «Vu l’exiguïté de mon appartement, je suis contrainte de faire sécher mon linge en pleine rue», affirme la maîtresse de maison. Il faut dire que l’habitat précaire défraye toujours la chronique à Oran. Les cris de détresse des familles occupant des immeubles menaçant ruine sont toujours d’actualité. C’est le cas de 2 familles résidant au 6 rue de Lalma (place Hoche) : une dans un vide sanitaire et une autre au rez-de-chaussée dans un immeuble précaire de l’ère coloniale. «Nous résidons dans un véritable tombeau», explique la femme, dont la famille se compose de son mari et de ses 3 enfants, tous logeant dans une cave ne disposant d’aucune commodité, murs lézardés, et dont le plafond s’est effondré partiellement. La 2e famille, composée pour sa part de 3 personnes, est pratiquement logée à la même enseigne. Ces deux familles lancent un cri de détresse aux services concernés.  

Hadj Sahraoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...