Régions Ouest Oran
 

Arzew

Des coupures de courant électrique à répétition

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	Des coupures répétitives d’électricité empoisonnent, ces jours-ci, le quotidien des Arzewiens, et plus particulièrement les habitants de la corniche. «Presque chaque jour, comme aujourd’hui, hier, et au cours de la semaine passée, il y a eu de longues coupures de courant avec toutes les conséquences que cela entraîne», se plaignent des habitants de la Fontaine des Gazelles.
Des coupures répétitives d’électricité...

La chaleur, la perte des denrées alimentaires nécessitant le froid, l’eau qui ne «monte» pas (des bâches à eau dont sont munies presque toutes les habitations) parce que la pompe fonctionne à l’électricité, et, pire encore, les appareils électriques «grillés» après le retour du courant.

«Nous sommes en train de revivre une situation qu’on a vécue il y a plusieurs années, où ce genre de coupures était presque normal, mais un investissement a été consenti pour y pallier, et, finalement, il semble que cela n’a servi à rien», explique un des anciens habitants de la corniche arzewienne. «Le pire, dénoncent les citoyens, c’est que lors du retour du courant, il y a une surtension et nos appareils, téléviseurs, démos, frigos, etc., tout ce qui marche à l’électricité saute!» Les gens ont pris l’habitude de débrancher leurs appareils à chaque coupure de courant, mais cette vigilance n’est pas toujours en éveil. Le dommage causé aux appareils électriques des particuliers est considérable lorsqu’on sait que le plus petit appareil coûte plus de 15 000 DA (modem ou démo) et qu’il a fallu faire des économies durant plusieurs mois pour se le permettre. Et que dire des restaurateurs de la corniche qui voient des appareils de dizaines de millions de cts «péter» à cause de ce retour du courant en surtension.

Ce genre de coupures d’électricité à répétition ne touche pas seulement la corniche. Mardi, presque tous les quartiers de la ville d’Arzew ont eu leur part. A titre d’exemple, le matin et l’après-midi pour une partie du centre-ville, l’après-midi et le soir pour la cité Zabana, aux environs de 14h pour la cité Emir Abdelkader, etc. La semaine passée, à la cité Emir Abdelkader (Plateau), une partie de l’îlot 7 a été touchée par cette coupure de courant l’après-midi et il a fallu aux habitants remuer ciel et terre pour faire intervenir les agents de Sonelgaz. «Il faut venir à l’agence avec une facture pour faire une réclamation», leur répondait-on au téléphone. Finalement, après intervention des «techniciens» de Sonelgaz…surtension et appareils grillés ! «Des villes à l’étranger fêtent 100 ans sans aucune coupure de courant», a lancé un jeune dépité par ces coupures pénalisantes. La Sonelgaz donne, ces jours-ci, l’impression de ne plus maîtriser son réseau. Il est vrai qu’en cette période de chaleur, il y a une surconsommation d’énergie électrique (sans parler des nombreux branchements illicites), mais il est vrai aussi que gérer, c’est prévoir !  
 

Milagh Mankour
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...