Régions Ouest Mostaganem
 

Accusés de «négligence ayant entraîné la mort involontaire d’un nouveau-né»

Sept employés d’une clinique sous contrôle judiciaire à Mostaganem

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.10.17 | 12h00 Réagissez

 
	l Selon un communiqué des services de police, le nouveau-né, qui était vivant après l’accouchement, a chuté sur une couveuse en verre et il est décédé quelque temps plus tard.
l Selon un communiqué des services de police, le...

Le père d’un nouveau-né de sexe masculin, décédé juste après l’accouchement, à la maternité de Lalla Kheira de Mostaganem, a décidé de porter plainte mardi dernier.

Une enquête a été, alors ouverte par la police judicaire de la sûreté de wilaya après cette mort suspecte. Selon un communiqué des services de la police, le nouveau-né, qui était vivant après l’accouchement, a chuté sur une couveuse en verre et il est décédé quelque temps plus tard. Les parents estiment avoir été délaissés par le personnel médical. L’expertise du médecin légiste a confirmé les déclarations de la mère, à savoir que le bébé est né vivant. Dans un rapport établi par le personnel médical concerné, il est mentionné que le bébé est un mort-né, dans le but de passer cette affaire sous silence.

Le plaignant, se basant sur les déclarations de son épouse, affirme que le bébé était vivant au moment de l’accouchement, avant de le faire tomber sur une couveuse en verre. Il a ajouté que la sage-femme ayant dirigé, seule, l’accouchement, avait demandé à la mère d’étouffer l’affaire et de déclarer le bébé mort-né, comme mentionné dans le rapport médical. Les investigations menées par les éléments de la police judiciaire, appuyées par un rapport du médecin légiste, ont donné gain de cause à la mère. Les résultats de l’autopsie ont révélé que le nouveau-né était en vie et que sa mort serait due à une chute, ce qui implique une négligence ayant entraîné une mort involontaire et l’étouffement de l’affaire avec la complicité de tout le staff médical, composé d’un spécialiste, d’un permanencier et de sages-femmes. Les mis en cause, au nombre de sept, ont été présentés devant le tribunal de Mostaganem sous les chefs d’inculpation de «négligence entraînant une mort involontaire, établissement de faux rapports médicaux et certificats médicaux et non-dénonciation». Les sept mis en cause ont été placés sous contrôle judiciaire, a indiqué le communiqué de la police.

R. O.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie