Régions Ouest Mostaganem
 

Mostaganem : Plus de 2500 habitants menacés par les eaux usées

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.01.18 | 12h00 Réagissez

Dans la wilaya de Mostaganem, on dénombre pas moins de 2500 habitants qui sont directement menacés par les eaux usées.

C’est, en effet, un véritable calvaire qu’endurent, depuis 20 ans, les habitants des douars Zehawria et El Beghadia, situés respectivement dans les communes de Khadra et Achaâcha. Parmi ces habitants, on compte notamment des propriétaires de terrains agricoles et de vergers inondés de temps à autre par les eaux usées, et qui voient, par le fait même, leurs récoltes perdues à cause de la pollution provoquée par les eaux usées provenant de la localité d’Achaâcha, située à quelques 12 km plus haut.

Sur les lieux, il est aisé de constater qu’un liquide noir et puant jaillit avec un débit assez élevé. Les habitants se disent «ahuris» par la passivité des responsables concernés devant cette situation désastreuse, autrement, «comment se fait-il qu’un tel problème ne soit pas encore réglé ?». C’est ce que se demande Abdelkader R., un habitant du douar.

«C’est un problème de santé publique qu’il faut prendre en charge le plus tôt possible», enchaîne, pour sa part, Mohamed R., avant d’ajouter que les odeurs nauséabondes qui s’y dégagent envahissent maisons, écoles et mosquées et empoisonnent la vie des habitants, «et cela sans parler des maladies qu’elles peuvent générer».

La situation empire encore plus durant l’été, dit-il, à cause des odeurs suffocantes et les nuées d’insectes nuisibles. «Même la nouvelle plage qui a ouvert dans la région l’année dernière risque d’être désertée par les estivants, puisque ces eaux usées l’atteignent !». Et d’affirmer que les protestations des habitants, bien qu’elles soient régulières, se sont avérées à chaque fois vaines. «Les responsables concernés continuent à assister en spectateurs à cette situation».

Aussi, les habitants réclament l’intervention des autorités pour l’inscription d’une station d’épuration des eaux usées, afin de mettre un terme au problème, du fait que des milliers de m3 s’y  déversent au quotidien. En fait, nul ne se sent à l’abri des maladies à transmission hydrique (MTH), particulièrement la typhoïde, a fortiori à l’approche de la saison des fortes chaleurs dans cette région. Par ailleurs, à en croire des élus municipaux d’Achaâcha, il nous a été indiqué que le projet va bientôt démarrer pour la pose des conduites de ces eaux polluées qui continuent d’empoisonner toute une région à vocation agricole, et même touristique.                           
  

Lakhdar Hagani
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie