Régions Ouest Bel Abes
 

Sidi Bel Abbès : La Setram augmente le nombre de rames du tramway

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.02.18 | 12h00 Réagissez


La Société d’exploitation des tramways en Algérie (Setram) va augmenter, à compter d’aujourd’hui, le nombre de rames aux heures de service à Sidi Bel Abbès. C’est ce qu’a annoncé, lors d’un point de presse animé hier, Patrick Couraudon, directeur de l’unité Setram de Sidi Bel Abbès, précisant que, désormais, 22 rames assureront le service la matinée au lieu de 16 précédemment.

«Après un accroissement très sensible du nombre de voyageurs durant le mois écoulé, Setram, en accord avec l’EMA, a décidé d’augmenter le nombre de rames, diminuant ainsi considérablement le temps d’attente en station et s’adaptant au rythme des usagers du tramway», a-t-il ajouté.

Lancé en juillet 2017, le tramway de Sidi Bel Abbès a connu «immédiatement un succès très important, enregistrant plus d’un million d’utilisateurs en une année, soit 40 000 voyageurs/jour», explique le P-DG de Setram, Pierrick Poirier.

Selon les responsables de la Société d’exploitation des tramways, le succès de ce moyen de transport tient essentiellement à la nature du tracé de la ligne, qui dessert les principaux lieux d’habitat et les principaux générateurs de déplacement. Aussi, la qualité du matériel roulant et le prix attractif des titres de transport (30 dinars) ont largement plaidé en faveur de ce moyen de transport.

La Setram, après avoir recruté et déployé de nouveaux agents de contrôle pour lutter contre la fraude, estime nécessaire d’accompagner cet effort par des actions de formation continue. «La mission des agents de contrôle sur le terrain est essentielle à la bonne marche de la ligne. Tous les agents de terrain ont suivi une formation appropriée pour la conduite de leurs missions, car seule cette formation les habilite à interagir avec les voyageurs», précise la Setram.

Un chantier au-dessus d’un collecteur d’égouts

Est-il concevable d’installer un chantier de construction au dessus d’un collecteur principal d’égouts et de l’adosser à une bâtisse renfermant des pompes de relevage des eaux usées ? Dans la ville de Sidi Bel Abbès, l’inconcevable devient réalité. C’est ce que révèle l’Association de protection de l’environnement présidée par Dr Naji, qui a saisi, jeudi, la police de l’urbanisme sur le cas d’un chantier installé en face de la direction des affaires religieuses au quartier Gambetta.

Un chantier ne disposant d’aucun panneau réglementaire et couvrant plusieurs centaines de mètres carrés, comme nous avons pu le constater. «Personne n’est encore en mesure d’expliquer l’installation d’un chantier de construction au-dessus d’un collecteur principal d’égouts, encore moins de donner des précisions sur la nature juridique du terrain.

Imaginez la catastrophe que cela peut provoquer si, par malheur, on procède à des travaux de fouilles : c’est tout le quartier Gambetta qui risque de se retrouver noyé dans les rejets d’égouts», dit-il, en lançant un appel aux autorités locales pour éviter l’irréparable. Avis donc aux responsables en charge du foncier et de l’urbanisme à Sidi Bel Abbès.                        

Abdelkrim Mammeri
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...