Régions Ouest Actu Ouest
 

Tourisme saharien : Des actions primordiales restent à mener

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 03.12.17 | 12h00 Réagissez

Plusieurs actions incontournables restent à mener pour améliorer le secteur du tourisme dans la région de Béchar. C’est le constat des observateurs présents à Taghit et à Béni Abbès, qui ont accompagné le ministre du Tourisme, hier, en visite d’inspection dans ces localités oasiennes.

Un centre de l’artisanat abritant 14 ateliers et deux salles de formation au profit des artisans a été inauguré. Non loin de là, un complexe touristique de 300 lits d’une superficie de 15 ha, ceinturé de 10 000 palmiers et autofinancé par un promoteur privé, qui éprouve des difficultés financières pour achever les travaux arrivés, dix ans après leur lancement, à hauteur de 70%. Le promoteur du projet, qui a introduit une demande de crédits auprès d’une banque nationale depuis une année, a sollicité l’intervention du ministre, qui a promis d’étudier son dossier.

Dans la localité de Béni Abbès (240 km au sud de Béchar), les travaux de rénovation et de modernisation de l’hôtel étatique Rym, entamés en 2015, sont toujours en cours. L’extension de l’édifice touristique de 244 lits a introduit des aménagements à l’intérieur de son espace par la réalisation de sept bungalows, un théâtre en plein air et un éclairage par panneaux photovoltaïques. Confié à une entreprise portugaise, sa main-d’œuvre est majoritairement originaire de ce pays européen, l’ouverture de cet hôtel au public est prévue en octobre 2018. Au niveau du Centre de formation en hôtellerie et tourisme en voie d’achèvement (95%), le représentant de l’Etat a indiqué que sur les 22 projets retenus pour la wilaya de Béchar, 11 n’ont pas encore été lancés, sans en indiquer la raison.

Cependant, les observateurs présents s’accordent à dire que le fer de lance du secteur en question que constituent une formation de qualité du personnel hôtelier et le marketing du produit touristique ne font pas l’objet d’une attention particulière, au même titre que l’édification des infrastructures. Ils soulignent que ces deux éléments combinés sont à même de créer une nouvelle dynamique au sein du secteur moribond. Aussi, la gestion par l’Etat des établissements touristiques sous sa tutelle a démontré jusqu’ici ses limites dans la recherche de l’efficacité, la présentation et la promotion du produit touristique local. Et de citer aussi les déficits chroniques de ces établissements à cause de la hausse des prix de la restauration et de ceux, exorbitants des chambres, qui font fuir la majorité de la clientèle.

M. Nadjah
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie